25 septembre 2022
Un haut fonctionnaire français écarte les craintes concernant la cérémonie des Jeux olympiques de Paris

Un haut fonctionnaire français écarte les craintes concernant la cérémonie des Jeux olympiques de Paris

Les projets ambitieux d’organiser la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Paris 2024 sur les berges de la Seine sont réalisables, a déclaré jeudi un haut responsable français, malgré les mises en garde croissantes concernant la sécurité.

Plus de 160 bateaux remplis d’athlètes et d’officiels devraient naviguer sur près de six kilomètres (quatre miles) le long du fleuve dans le centre de Paris, avec jusqu’à 600 000 spectateurs attendus par les organisateurs.

« Nous sommes capables de le faire, mais il faudra le planifier soigneusement, tant pour les risques nautiques que pour les risques d’accès, les points de contrôle, les flux, les déplacements, et le nombre de points d’accès pour éviter les goulets d’étranglement », a déclaré Michel Cadot lors d’une audition au Sénat jeudi.

M. Cadot, qui est un haut fonctionnaire du gouvernement chargé des grands événements sportifs, était interrogé sur les problèmes de foule lors de la finale de la Ligue des champions à Paris fin mai.

Il a déclaré que les plans pour la cérémonie d’ouverture étaient toujours en cours de discussion à différents niveaux du gouvernement et qu’ils devraient être approuvés « d’ici la fin de 2022 ».

Une impression d’artiste de la cérémonie d’ouverture de Paris 2024, qui comprendra des événements organisés dans des lieux emblématiques tels que le Trocadéro. Image : Comité Olympique Parisien

La cérémonie était « objectivement un défi logistique et organisationnel majeur », a-t-il concédé.

La décision des organisateurs de rompre avec la longue tradition des Jeux d’été, à savoir un défilé d’ouverture dans un stade, aurait été soutenue par la maire de Paris Anne Hidalgo et le président Emmanuel Macron.

Mais des politiciens de l’opposition et des experts en sécurité l’ont remise en question.

« La cérémonie d’ouverture en plein air est un cauchemar pour les forces de sécurité », a déclaré l’adjoint au chef de la région parisienne, Patrick Karam, à la télévision BFM fin mai.

« Nous allons être obligés de l’abandonner. Nous ne pouvons pas garantir la sécurité sur l’ensemble du parcours pour tous nos concitoyens. »

Le criminologue français bien connu Alain Bauer a parlé de « folie criminelle » lors d’une intervention sur France 5 fin mai, notant les risques d’une attaque de drone ou d’une bousculade au bord de l’eau.

« Il n’y a pas un seul expert français, étranger, du CIO (Comité international olympique), qui pense que cette chose a un sens », a déclaré Bauer, ajoutant qu’il était impossible de sécuriser toute la zone.

« C’est la cérémonie la plus dangereuse de l’histoire des Jeux olympiques », a-t-il ajouté.

Cadot a pointé du doigt les récentes célébrations des 70 ans de règne de la reine en Grande-Bretagne comme preuve qu’il était possible d’organiser de grands rassemblements en plein air.

« Regardez ce qui s’est passé en Angleterre récemment sur les rives de la Tamise pour le Jubilé et les cérémonies avec des foules extrêmement importantes », a-t-il déclaré lors de l’audition au Sénat.

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.