4 octobre 2022
Un gang est jugé à Paris pour avoir volé une œuvre commémorative de Banksy au Bataclan

Un gang est jugé à Paris pour avoir volé une œuvre commémorative de Banksy au Bataclan

Huit hommes sont jugés mercredi à Paris, accusés d’avoir volé une œuvre de Banksy, peinte sur la porte de la salle de concert du Bataclan en hommage aux 90 personnes tuées lors des attaques terroristes de 2015.

Les sept prévenus français et un Italien sont soupçonnés d’avoir retiré la porte métallique du bâtiment avant l’aube en janvier 2019 et de l’avoir transportée en Italie.

Elle avait été décorée en 2018 du pochoir d’une jeune femme en deuil par le street artiste britannique anonyme, ce qui lui conférait une valeur estimée à un million d’euros.

YouTube player

Une camionnette blanche aux plaques d’immatriculation dissimulées a été vue s’arrêtant le 26 janvier dans une ruelle longeant le Bataclan dans le centre de Paris.

De nombreux spectateurs ont fui par cette même allée après que le Bataclan est devenu le point central des pires attaques jamais perpétrées en France depuis la Seconde Guerre mondiale, lorsque les djihadistes du groupe État islamique ont tué 130 personnes en novembre 2015 sur une série de sites dans la capitale.

Trois des personnes jugées, âgées d’une trentaine d’années, ont avoué le vol lorsqu’elles ont été arrêtées, bien que deux d’entre elles aient déclaré qu’elles ne faisaient qu’exécuter les ordres d’un homme qui n’était pas présent lorsque la porte a été retirée, Mehdi Meftah.

Meftah, 41 ans, qui a fondé une marque de luxe de T-shirts ornés de lingots d’or de 18 carats après avoir prétendu avoir gagné 7,5 millions d’euros à la loterie, a déclaré à la police que son ami Kevin G., également en procès, lui avait présenté le Banksy à l’improviste.

Cette version a été confirmée par Kevin mais contestée par les autres accusés.

Quatre prévenus, âgés de 31 à 58 ans, sont accusés d’avoir transporté l’œuvre d’art volée.

Le matin du vol, trois hommes masqués sont sortis de la camionnette, ont coupé les charnières à l’aide de meules d’angle alimentées par un générateur et sont repartis dans les dix minutes, dans ce qu’un juge d’instruction a appelé un casse « méticuleusement préparé ».

Le cambriolage d’un groupe électrogène et de meules d’angle dans un magasin de bricolage du sud-est de l’Isère 12 jours plus tôt a mis la police sur la piste de trois des suspects, qui ont été enregistrés en train de parler du vol d’œuvres d’art lorsque leurs téléphones ont été mis sur écoute.

Les relevés téléphoniques ont montré que les hommes étaient à Paris la nuit du vol.

Les enquêteurs ont reconstitué le parcours de la porte à travers la France et en Italie, où elle a été retrouvée en juin 2020 dans une ferme de Sant’Omero, près de la côte adriatique.

« Le symbolisme (du vol) est ce qu’il est, et personne n’essaie de le minimiser », a déclaré Margaux Durand-Poincloux, l’un des avocats de la défense.

« Mais dans le cas de mon client, cela reste un vol aggravé dans lequel il n’a pas décidé de la cible », a-t-elle ajouté.

Dans une autre affaire judiciaire, l’exploitant de la salle de concert, propriété de la ville, se bat pour que la porte décorée par Banksy soit rendue aux propriétaires du bâtiment.

Les œuvres de l’artiste de rue, qui portent souvent un message politique, ont atteint des millions de dollars aux enchères.

Le seul assaillant encore en vie, Salah Abdeslam, risque une peine de prison à vie lors du procès marathon qui s’est ouvert à Paris en septembre dernier. Les procureurs doivent présenter leurs arguments finaux et leurs demandes de condamnation cette semaine.

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.