3 décembre 2022
Pourquoi la France et l'Italie se disputent-elles les migrants

Pourquoi la France et l’Italie se disputent-elles les migrants et quelles sont les conséquences ?

Les relations entre la France et l’Italie se sont dégradées cette semaine dans le cadre d’une polémique sur les sauvetages de migrants, les deux pays s’accusant mutuellement d’un comportement « incompréhensible ». Voici un aperçu de ce que cela signifie.

Le conflit entre la France et l’Italie s’est encore aggravé vendredi matin, lorsque la Première ministre italienne Giorgia Meloni a dénoncé la réaction « incompréhensible et injustifiée » du gouvernement français, qui a refusé d’accueillir un navire de sauvetage de migrants.

Jeudi, la France avait mis en garde l’Italie contre de « graves conséquences » après qu’elle eut accepté d’accueillir le navire de sauvetage Ocean Viking transportant 234 migrants, au milieu d’une violente polémique sur la responsabilité de ce pays à leur égard.

La France n’avait encore jamais autorisé un navire de sauvetage transportant des migrants en provenance de la Méditerranée à accoster sur ses côtes, mais elle l’a fait cette fois-ci parce que l’Italie lui avait refusé l’accès.

Mercredi, les dirigeants italiens avaient affirmé que la France était prête à accueillir le navire, laissant entendre que le gouvernement italien avait tenté de forcer la France à accepter le navire de sauvetage en annonçant un accord alors qu’il n’y en avait pas.

Paris a immédiatement riposté en déclarant jeudi qu’elle accepterait le navire, mais qu’elle suspendrait un autre accord prévoyant l’accueil de milliers de migrants en Italie.

Comment cela a-t-il commencé ?

Le navire Ocean Viking avait initialement demandé l’accès à la côte italienne, la plus proche du lieu où les migrants ont été recueillis, affirmant que les conditions sanitaires et de santé à bord se détérioraient rapidement.

L’Italie a refusé, affirmant que d’autres pays devaient accueillir davantage des milliers de migrants qui tentent chaque année de rejoindre l’Europe depuis l’Afrique du Nord.

Le ministre français de l’intérieur, Gérald Darmanin, a qualifié d' »incompréhensible » la position de l’Italie, affirmant que l’Ocean Viking « se trouve sans aucun doute dans la zone de recherche et de sauvetage de l’Italie ».

Il a reproché aux autorités italiennes de « faire attendre les migrants en mer pendant 15 jours ».

Plus tard dans la journée de jeudi, puis à nouveau vendredi, le gouvernement italien a également utilisé le mot « incompréhensible » pour décrire la réponse de la France qui a autorisé un navire de migrants à débarquer dans un port français.

Qu’est-ce qui se cache derrière la politique de l’Italie ?

Le refus de l’Italie, cette semaine, d’autoriser les migrants à débarquer est une mesure qui plaira à la base de soutien eurosceptique et d’extrême droite du nouveau gouvernement. On pense également qu’elle vise à forcer les autres pays à accepter les changements que l’Italie souhaite apporter à la politique européenne d’acceptation et de répartition des demandeurs d’asile entre les États membres.

Le ministre italien des affaires étrangères, Antonio Tajani, a déclaré cette semaine que le gouvernement envoyait un « signal » aux autres pays de l’UE pour leur faire comprendre que le droit international devait changer.

En vertu du droit international, les navires en détresse ou transportant des passagers secourus doivent être autorisés à entrer dans le port d’escale le plus proche, ce qui signifie que l’Italie et souvent Malte doivent accueillir les personnes secourues après avoir tenté de traverser la Méditerranée depuis la Libye.

En juin, une douzaine de pays de l’UE, dont la France, ont accepté d’accueillir les migrants qui arrivent en Italie et aux autres principaux points d’entrée.

Rome souhaite « un accord pour établir, sur la base de la population, comment les migrants ayant droit à l’asile sont relocalisés dans les différents pays », a déclaré M. Tajani avant une réunion des ministres européens la semaine prochaine.

Mais selon les commentateurs, la tactique de l’Italie, qui consiste apparemment à forcer la France à prendre le bateau, pourrait facilement se retourner contre elle.

La politique de la ligne dure est menée par Meloni – le chef du parti post-fasciste Frères d’Italie, qui a déjà déclaré que l’Italie devrait « rapatrier les migrants dans leurs pays, puis couler les bateaux qui les ont secourus » – et le chef de la Ligue anti-immigration Matteo Salvini, connu pour sa politique de fermeture des ports italiens aux navires de sauvetage en tant que ministre de l’Intérieur en 2019.

Leur ligne dure devrait conduire à des liens tendus qui compliquent la prise de décision sur toute une série de sujets au niveau de l’UE.

« On assiste à un bras de fer diplomatique entre la France et l’Italie qui pourrait ouvrir une brèche pour des conflits similaires, car l’Italie remet clairement en cause un accord européen (sur les migrants) qui lui était favorable », explique à l’AFP Matthieu Tardis, de l’Institut français des relations internationales.

Comment la France a-t-elle réagi ?

Jeudi, M. Darmanin a mis en garde contre de « graves conséquences » pour les relations bilatérales de l’Italie avec la France et l’UE dans son ensemble, et a déclaré que le refus de l’Italie d’accueillir les migrants était « incompréhensible ».

Il a déclaré que la France avait agi conformément à son « devoir humanitaire », mais que les migrants relevaient de la responsabilité de l’Italie en vertu des règles de l’UE, et que l’action de la France était une mesure « exceptionnelle » qui ne guiderait pas les actions futures.

Quelles sont les conséquences ?

La France a en effet suspendu son projet d’accueillir 3 500 réfugiés actuellement en Italie dans le cadre d’un accord européen et a exhorté l’Allemagne et d’autres pays de l’UE à faire de même.

La police française a déclaré vendredi qu’elle avait également renforcé les contrôles aux postes-frontières italiens.

Cette flambée de tensions fait écho aux différends européens sur les migrants il y a quatre ans, lorsque le président français Emmanuel Macron s’était notamment heurté au ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, hostile aux immigrés.

M. Salvini, de retour au gouvernement en tant que ministre de l’infrastructure – ce qui signifie qu’il a le contrôle des ports italiens – s’est à nouveau engagé à adopter une ligne dure pour empêcher les arrivées de migrants.

Le conflit sur les migrants marque un retour à des relations fracturées entre la France et l’Italie après une coopération antérieure sous le gouvernement de Mario Draghi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *