Radio Maritima Politique OPINION : Macron a aidé Uber à perturber le commerce des taxis parisiens. Est-ce un scandale ?

OPINION : Macron a aidé Uber à perturber le commerce des taxis parisiens. Est-ce un scandale ?

Macron a aidé Uber à perturber le commerce des taxis parisiens.

Macron a aidé Uber à perturber le commerce des taxis parisiens.

L’enquête mondiale sur la société de taxi Uber a révélé qu’Emmanuel Macron était un allié clé de la société en France – mais était-ce vraiment si mal, demande John Lichfield ? Ou bien Macron a-t-il joué un rôle en fournissant un service raisonnable aux passagers des taxis à Paris (tout en poursuivant son objectif déclaré d’ouvrir l’économie française) ?

Oh quel beau scandale, juste le genre que les médias français et la gauche française adorent.

Il implique « les lobbies » (un mot français signifiant les riches, les puissants et généralement les étrangers). Il s’agit d’une conspiration présumée visant à percer le massif alpin du droit du travail français. Elle est d’une complexité satisfaisante et se prête donc aux allégations et théories farfelues.

Et surtout, elle implique le président Emmanuel Macron avant qu’il ne soit président.

Je dois dire que j’ai du mal à comprendre pourquoi c’est un gros scandale. Mais beaucoup de documents et de détails doivent encore être explorés. On me prouvera peut-être que j’ai tort.

L’affaire concerne Uber, le service de taxi en ligne qui a pris d’assaut de nombreuses villes du monde au cours de la dernière décennie. Un trésor de 240 000 documents internes d’Uber a été divulgué à un consortium d’investigation des médias internationaux, à commencer par The Guardian en Grande-Bretagne, mais aussi Le Monde en France.

YouTube player

Les documents racontent l’histoire d’un vaste effort de lobbying, et de prétendus coups bas, déployés par Uber depuis sa base californienne pour renverser ou saper les règles régissant les taxis aux États-Unis et dans de nombreux autres pays.

En France, il s’avère qu’Uber avait un allié à l’intérieur, une taupe ou un conseiller au sein du gouvernement, le ministre de l’économie de l’époque, Emmanuel Macron. Il a fait tout son possible pour aider Uber à défier et à affaiblir l’opposition des intérêts établis des taxis français, des syndicats et du gouvernement socialiste du président François Hollande entre 2014 et 2006.

Mauvais ? Pas vraiment. Macron a plus ou moins annoncé ce qu’il faisait à l’époque.

Il ne prenait PAS de revers (ou du moins, personne ne l’a accusé de le faire). Il poursuivait sa conviction que la France avait été affaiblie par des intérêts particuliers, des restrictions commerciales et un droit du travail trop zélé.

Il voyait en Uber le modèle d’une économie plus entreprenante et moins contrôlée par l’État, ainsi qu’une nouvelle source d’emplois pour les banlieues, ces quartiers multiraciaux où sévit la criminalité et le chômage.

« Si vous vous opposez à cela, alors qu’est-ce que vous voulez ? » a-t-il déclaré en 2016. « Qu’ils retournent vendre de la drogue ? »

Deux ans plus tôt, interrogé sur son soutien à Uber, il avait déclaré : « Mon travail n’est pas d’aider les entreprises établies mais de travailler pour les outsiders, les innovateurs ».

Certaines des tactiques d’Uber étaient excessives. Certaines des actions de Macron peuvent également sembler excessives. Il était un jeune ministre insupportablement sûr de lui à l’époque (je l’ai rencontré brièvement.) Entre autres choses, il a secrètement aidé à rédiger des amendements, au nom d’Uber, pour adoucir une loi promue par son propre gouvernement.

Mais le résultat a été (à mon avis) un équilibre raisonnable entre les propositions les plus farfelues d’Uber (une entreprise chaotique de partage d’ascenseur appelée UberPop) et une nouvelle opération de transport de taxi en ligne raisonnablement réglementée.

La gauche française parle d’un « scandale d’État » et envisage de lancer une commission d’enquête parlementaire. L’extrême droite accuse Macron d' »Uberiser » la France (c’est-à-dire d’affaiblir les protections de l’emploi) dans l’intérêt des riches étrangers.

Personne n’a vraiment posé la question évidente. Uber est-il une « bonne chose » ?

La plupart des articles parus jusqu’à présent parlent d’Uber comme s’il s’agissait d’un phénomène déplorable et évident. Les auteurs de ces articles ont-ils déjà utilisé Uber, comme je le fais fréquemment lorsque je suis à Paris, à Londres ou dans toute autre grande ville ?

Avant Uber, les taxis et les chauffeurs de taxi parisiens étaient une honte protégée par le gouvernement : peu serviables, grossiers, chers et difficiles à trouver. L’une des grandes réussites d’Uber a été d’obliger les taxis parisiens à traiter leurs passagers de manière raisonnable.

Il convient également de rappeler que le soutien de M. Macron à Uber s’inscrit dans le cadre d’une philosophie d’ouverture du marché qui a également conduit à la création d’un service d’autocars interurbains en France (les cars Macron) et d’une application française de partage d’ascenseurs sur de longues distances, BlaBlaCar.

Il a également préfiguré une réforme du droit du travail appliquée, de manière inégale, au cours de son premier mandat à l’Élysée. Certains disent que Macron est allé trop loin, d’autres qu’il a promis plus qu’il n’a tenu.

Le fait est que (pour plusieurs raisons, y compris les changements dans la loi sur le chômage) la France a maintenant son plus bas total de chômage depuis 14 ans et son plus bas chômage des jeunes depuis 40 ans. Deux tiers des nouveaux emplois créés ne sont pas des « emplois Uber » ou des contrats à court terme, mais des emplois CDI (Contrats de travail à durée indéterminée) de plein droit.

La France sous Macron est également devenue la première destination en Europe pour les investissements étrangers. Par coïncidence – bien que personne n’ait fait le lien – il a été annoncé que la France recevrait 6,7 milliards d’euros supplémentaires d’investissements étrangers cette année, créant 4 000 nouveaux emplois. Cette somme s’ajoute aux 4 milliards d’euros promis au début de l’année.

Le grand scandale Uber va sans doute durer un certain temps. Il pourrait ou non s’éteindre avant les vacances d’été. Qui sait ce qui se cache dans les centaines de milliers de documents d’Uber qui ont fuité et qui n’ont pas encore été étudiés ?

Placé dans son contexte, ce que nous savons jusqu’à présent est plutôt inoffensif pour Macron. Ceux qui le détestent trouveront de nouvelles raisons de le faire. Ceux qui le tolèrent, ou l’approuvent, hausseront les épaules et tourneront leur regard vers d’autres crises plus pressantes.

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Quitter la version mobile