14 août 2022
Nous donnons moins de pourboires en France qu'aux États-Unis

« Nous donnons moins de pourboires en France qu’aux États-Unis » – les lecteurs révèlent à qui ils donnent des pourboires et combien ils en donnent.

Pourboire ou pas, qui et combien – nous avons demandé aux lecteurs de The Local comment ils gèrent les pourboires en France, et si leur comportement a changé depuis qu’ils sont ici.

En France, la culture du pourboire est moins répandue que dans d’autres pays, mais le concept d’un pourboire existe, même s’il s’agit plutôt d’un choix personnel.

Voici ce que les lecteurs de The Local nous ont dit sur leur comportement en matière de pourboires.

Donnez-vous des pourboires ?

En France, le service est compris dans l’addition, il n’est donc pas nécessaire, à proprement parler, d’ajouter un petit supplément. Malgré cela, 93,5 % des personnes qui ont répondu à notre questionnaire en ligne ont déclaré laisser un pourboire au moins de temps en temps.

Mais bien que presque toutes les personnes laissent un pourboire au moins de temps en temps, seul un tiers (34,8 %) a déclaré laisser un pourboire à chaque fois qu’elles prennent un verre ou sortent.

Plus d’un quart (28,3 %) ont déclaré qu’ils laissaient parfois un pourboire (s’ils en avaient envie ou s’ils avaient de la monnaie), tandis que près de la moitié (43,5 %) ont déclaré qu’ils réservaient le pourboire aux moments où le service était particulièrement bon.

« Dans un café, si je paie en espèces ou si j’ai quelques pièces de monnaie en trop, je laisse la monnaie… [mais] je paie souvent avec une carte et je ne donne pas de pourboire. Cependant, si l’expérience est vraiment agréable et le service excellent, nous laissons un bon pourboire pour montrer notre gratitude, généralement autour de 10 % de l’addition », écrit Lauren Lever, de Strasbourg.

Qui d’autre ?

Outre les serveurs d’un café ou d’un restaurant, les coiffeurs et les chauffeurs de taxi ont été régulièrement mentionnés dans les réponses des lecteurs, tout comme les nettoyeurs, les gardiens, les prothésistes ongulaires et les concierges. Un lecteur a également mentionné le personnel chargé de l’entretien de son vélo.

« J’ai demandé à ma coiffeuse ce qu’elle en pensait. Elle m’a répondu que c’était la pensée qui comptait, et que quelques centimes valaient autant qu’un pourboire plus élevé », a écrit Kate Mears, de Bergerac.

Mais, ajoute-t-elle : « Elle était peut-être polie, car qui n’aime pas un gros pourboire, mais je pense qu’elle insistait sur le fait qu’il n’y a aucune pression pour donner un pourboire, ne pas donner de pourboire, ou combien. »

Combien ?

C’est une question de choix personnel. La plupart des personnes interrogées ont déclaré qu’elles arrondissaient l’addition pour inclure un pourboire, tandis que d’autres ont dit qu’elles donnaient un peu de monnaie. La plupart s’accordent à dire qu’ils ajoutent entre 5 % et 10 % à une facture à la fois.

« En général, au moins assez pour porter le montant total du service à 20 %. J’ai travaillé dans la restauration à une époque. Il est intéressant de noter que certains de mes amis français laissent des pourboires généreux, d’autres pas du tout », écrit Rebecca Brite, qui vit à Paris.

Les chauffeurs de taxi, quant à eux, peuvent s’attendre à un ou deux euros supplémentaires, surtout s’ils ont réussi à éviter le pire du trafic urbain. Les coiffeurs, eux aussi, peuvent voir leur facture arrondie de quelques euros pour une coupe bien faite.

Cadeaux de Noël

Noël est le moment de donner – et, en France, traditionnellement le moment des étrennes – le pourboire saisonnier donné à certains groupes qui vous aident tout au long de l’année.

Vous pouvez également recevoir la visite de votre livreur de La Poste ou des pompiers locaux, qui vendent un calendrier. Les éboueurs peuvent également vous rendre visite, même si ces pratiques sont en recul. Il n’y a pas de prix fixe pour ces calendriers saisonniers, vous donnez ce que vous voulez et c’est considéré comme un exercice de collecte de fonds et une façon de dire « merci ».

Kate Mears a écrit qu’elle et sa famille étaient relativement nouvelles en France et qu’elles étaient encore en train de se familiariser avec les conventions en matière de pourboires, mais elle a ajouté : « Je donne entre 5 et 20 euros aux personnes du calendrier de Noël, comme les pompiers qui appellent à la porte – trois différents l’année dernière ».

Il semble également que Covid-19 ait donné lieu à des pourboires généreux. Thomas écrit que la concierge de son immeuble a reçu un « pourboire très généreux ».

« Elle fait beaucoup de choses supplémentaires pour moi, y compris les courses si je dois être en quarantaine ! C’est une vraie perle ! » a-t-il expliqué.

Nicholas Bouler, qui partage son temps entre Birmingham, en Alabama, et Orléans, a écrit : « Notre appartement a un gardien », qui a reçu un pourboire de Noël parce qu' »il a été particulièrement utile lorsque nous avons emménagé ».  »

Comportements en matière de pourboires

Les lecteurs, en particulier ceux des États-Unis, ont déclaré avoir remarqué un changement d’attitude en matière de pourboires depuis leur arrivée en France.

Lauren Lever a déclaré : « Aux États-Unis, nous laissons toujours un pourboire de 20 % de l’addition car les serveurs dépendent de cet argent pour gagner leur vie. En France, j’ai définitivement perdu cette habitude et je ne me sens pas mal si je ne laisse pas de pourboire, ou si je laisse un petit pourboire, dans la plupart des circonstances. »

Stéphanie, de Poissy, est d’accord : « Je viens des États-Unis, où l’on donne toujours un pourboire à tout le monde. Depuis que je sais que ce n’est pas la culture en France, j’ai arrêté de donner des pourboires.

« C’est plus facile comme ça et j’économise de l’argent. Je pense que c’est une bonne chose que les serveurs soient mieux payés ici, comme ça les clients ne couvrent pas tout avec leurs seuls pourboires. En plus, c’est moins cher pour nous de manger à l’extérieur parce que nous ne payons que la nourriture et c’est tout. C’est une situation gagnante pour les clients et les serveurs.

Une autre personne, Rebecca Brite, nous a dit que la différence d’attitude à l’égard du pourboire l’avait, ironiquement, incitée à donner plus de pourboires dans les restaurants américains.

Une autre personne interrogée a déclaré que Covid-19 l’avait incitée à donner des pourboires  » parce que les gens n’ont pas été servis pendant longtemps et pour encourager une solution à la pénurie de personnel « .

Mais d’autres ont déclaré qu’ils étaient plus enclins à donner moins de pourboires en France, voire pas du tout, car le service est systématiquement inclus dans l’addition.

« J’avais l’habitude de laisser un pourboire de 10 %, mais les habitants m’ont dit que le service était compris… alors ce n’était pas nécessaire », nous a dit un lecteur de Saint-Tropez qui a préféré rester anonyme.

Kate Mears a ajouté : « Je laisse moins de pourboires car j’ai entendu dire que ce n’était pas français de donner des pourboires et maintenant que je vis ici, j’essaie d’agir comme un local et non comme un touriste ! ».

Et Fiona Rennison, du Lot-et-Garonne, explique : « Nous donnions plus de pourboires au Royaume-Uni. Ici, nous laissons moins de pourboires parce que ce n’est pas attendu et que nous savons que les gens sont payés un salaire décent pour vivre – mais nous sommes heureux de payer plus pour une nourriture de meilleure qualité. »

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.