4 octobre 2022
Miss.Tic, légende du street art parisien, meurt à l'âge de 66 ans

Miss.Tic, légende du street art parisien, meurt à l’âge de 66 ans

Miss.Tic, dont les œuvres provocantes ont commencé à apparaître dans le quartier de Montmartre à Paris au milieu des années 80 et ont fait d’elle une pionnière du street art français, est décédée dimanche à l’âge de 66 ans, a indiqué sa famille à l’AFP.

Radhia Novat a grandi dans les rues étroites à l’ombre de la basilique du Sacré-Cœur, fille d’un père tunisien et d’une mère originaire de Normandie, dans l’ouest de la France, où elle a commencé à écrire au pochoir des slogans sournois et émancipateurs.

Sa famille a déclaré qu’elle était décédée d’une maladie non spécifiée.

D’autres artistes de rue français ont rendu hommage à son travail.

Sur Twitter, le street artiste Christian Guemy, alias C215, a salué « l’un des fondateurs de l’art du pochoir ». Les murs du 13e arrondissement de Paris, où l’on voit souvent ses images, « ne seront plus jamais les mêmes », a-t-il écrit.

Un autre collègue, « Jef Aerosol », a déclaré qu’elle avait combattu sa dernière maladie avec courage, dans un hommage posté sur Instagram.

Et la nouvelle ministre française de la Culture, Rima Abdul Malak, a salué son travail « iconique et résolument féministe ».

Les œuvres de Miss.Tic comportaient souvent des jeux de mots astucieux – presque toujours perdus dans la traduction – et une héroïne aux cheveux noirs flottants qui ressemblait à l’artiste elle-même. Ces images sont devenues des éléments fixes sur les murs de la capitale.

Miss.Tic, légende du street art parisien, meurt à l'âge de 66 ans
Miss.Tic, légende du street art parisien, meurt à l’âge de 66 ans

« J’avais une expérience du théâtre de rue, et j’aimais cette idée d’art de rue », a déclaré Miss.Tic dans une interview de 2011.

« Au début, je me suis dit ‘je vais écrire des poèmes’. Et ensuite, ‘nous avons besoin d’images’ avec ces poèmes. J’ai commencé par des autoportraits, puis je me suis tournée vers d’autres femmes », a-t-elle déclaré.

Miss.Tic a également attiré l’attention des forces de l’ordre suite à des plaintes pour dégradation de biens publics, ce qui lui a valu une arrestation en 1997.

Mais ses œuvres ont fini par être exposées dans des galeries en France et à l’étranger, certaines ayant été acquises par le fonds d’art moderne de Paris du Victoria and Albert Museum de Londres, selon son site web.

Les cinéphiles reconnaîtront son travail sur l’affiche du film de Claude Chabrol « La fille coupée en deux » (2007).

Pendant un temps, elle a été l’une des favorites de marques de mode telles que Kenzo et Louis Vuitton.

« Si souvent, on ne comprend pas qu’on peut être jeune et belle et avoir des choses à dire », confiait-elle à l’AFP en 2011.

« Mais c’est vrai qu’ils nous vendent ce qu’ils veulent avec de belles femmes. Alors je me suis dit que j’allais utiliser ces femmes pour leur vendre de la poésie. »

Ses funérailles, dont la date n’a pas encore été annoncée, seront ouvertes au public, a indiqué sa famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.