25 septembre 2022
une nouvelle ère de sacrifices et la fin de l'abondance

Macron met en garde la France contre « une nouvelle ère de sacrifices et la fin de l’abondance »

Le président français Emmanuel Macron a averti mercredi que la France devait faire face à des « sacrifices » dans une nouvelle ère marquée par la crise climatique et l’instabilité causée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui signale « la fin de l’abondance ».

Après un été marqué par la sécheresse, des incendies de forêt massifs et des pertes humaines continues en Ukraine, le dirigeant de 44 ans a prononcé un discours sévère au début de la première réunion du cabinet après les traditionnelles vacances d’août du pays.

« Je crois que nous sommes en train de vivre un point de basculement ou un grand bouleversement.

« D’abord parce que nous vivons… la fin de ce qui pourrait sembler être la fin de l’abondance. »

Faisant référence à la guerre en Ukraine, il a ajouté : « Notre système fondé sur la liberté dans lequel nous nous sommes habitués à vivre, parfois, lorsque nous devons le défendre, cela peut impliquer de faire des sacrifices. »

Ce discours semblait destiné à préparer le pays à ce qui s’annonce comme un hiver difficile, avec des prix de l’énergie en forte hausse et de nombreuses familles aux prises avec l’inflation.

Il fait également écho aux remarques qu’il a faites la semaine dernière lors d’une commémoration de la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’il a décrit le dur hiver à venir comme « le prix à payer pour la liberté ».

La grave sécheresse de l’été, qui a entraîné des restrictions d’eau dans la majeure partie du pays, a également amené de nombreux Français à exprimer leurs craintes quant à l’impact de plus en plus évident du changement climatique.

« Cette vue d’ensemble que je donne – la fin de l’abondance, la fin de l’insouciance, la fin des présupposés – c’est finalement un point de bascule que nous sommes en train de traverser et qui peut conduire nos concitoyens à ressentir beaucoup d’anxiété », a poursuivi Macron.

« Face à cela, nous avons des devoirs, dont le premier est de parler franchement et très clairement sans catastrophisme », a-t-il dit.

M. Macron a été réélu en avril pour un second mandat mais a perdu sa majorité parlementaire lors des élections de juin, ce qui signifie que le Premier ministre Elisabeth Borne est à la tête d’un gouvernement minoritaire qui dépend des partis d’opposition pour faire passer les lois.

L’inflation française a été évaluée à 6,1 % le mois dernier, l’un des taux les plus bas d’Europe, grâce au plafonnement des prix de l’électricité et du gaz par le gouvernement, ainsi qu’à des réductions d’impôts sur l’essence et le diesel.

Mais les syndicats font pression pour obtenir d’importantes augmentations de salaire et ont appelé à une journée de grèves et de rassemblements le 29 septembre.

Le chef du syndicat de gauche dure CGT, Philippe Martinez, a déclaré à BFM télévision que le discours du président était « inapproprié », ajoutant que les plus pauvres payaient déjà le prix de la guerre et qu’il ne fallait pas s’attendre à de nouveaux sacrifices.

« Il va les demander (les sacrifices) et nous allons nous y opposer », a déclaré Philippe Martinez.

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.