25 septembre 2022
Les travailleurs de la santé français protestent contre leurs salaires

Les travailleurs de la santé français protestent contre leurs salaires à l’approche des élections

Les travailleurs de la santé ont manifesté mardi dans plusieurs villes de France pour réclamer une augmentation des salaires et du personnel pour des services qui sont au point de rupture, à quelques jours des élections législatives.

Bien que le président récemment réélu Emmanuel Macron ait ordonné une enquête pour déterminer quelles unités d’urgence ont besoin d’une aide immédiate, les personnes du secteur ont prévenu qu’il n’y avait pas de temps à perdre.

« Pas un seul service n’est épargné, nos hôpitaux publics sont en train de mourir par manque de moyens », a déclaré Pierre Wach, responsable du syndicat CGT de la ville de Strasbourg (Est).

Les manifestations ont commencé dans les hôpitaux dans la matinée de mardi et se sont poursuivies au ministère de la santé à Paris dans l’après-midi, où le personnel, dont certains portaient des blouses médicales blanches, brandissait des pancartes avec des messages tels que « Embauchez plus et payez-nous plus, c’est urgent ! ».

Le groupe de secouristes Samu-Urgences de France a constaté, dans une enquête réalisée en mai, qu’au moins 120 services d’accidentologie et d’urgence à l’échelle nationale avaient déjà réduit leur travail ou s’apprêtaient à le faire après des années de tension Covid-19.

M. Macron a déclaré aux journaux régionaux vendredi que son examen, dirigé par le chef du groupe, François Braun, identifierait « là où il y a des besoins, service d’urgence par service d’urgence, service d’ambulance par service d’ambulance, région par région ».

Mais les politiciens de l’opposition et les syndicats l’ont accusé de jouer la montre jusqu’après les élections législatives des 12 et 19 juin – alors que certains sondages montrent que la majorité absolue du président pourrait être en danger.

« Il est plus que temps d’enquêter », a écrit Laurent Berger, responsable de la puissante confédération syndicale CFDT, dans le quotidien de gauche Libération, appelant à « des discussions urgentes sur l’organisation du personnel », alors que les hôpitaux sont « presque assommés ».

M. Braun a déclaré la semaine dernière qu’il n’allait pas rédiger « un énième rapport » mais « écrire l’ordonnance » pour les hôpitaux dans le besoin.

Parmi les mesures qu’il a déjà suggérées à la ministre de la Santé nouvellement installée, Brigitte Bourguignon, figurent une meilleure rémunération du travail de nuit et de week-end ou – plus controversé – un système de filtrage des appels aux services d’urgence pour identifier les plus graves.

« Il faut passer en mode gestion de crise pour passer l’été », écrit dans l’hebdomadaire JDD Thomas Mesnier, député fidèle à Macron et médecin urgentiste.

Certains urgentistes ont prévenu qu’une canicule estivale, qui s’est avérée mortelle pour les personnes âgées les années précédentes, ou une nouvelle flambée du Covid pourraient pousser les hôpitaux au chaos.

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.