7 octobre 2022
plantes et baies les plus toxiques de France

Les plantes et baies les plus toxiques de France dont il faut se méfier

La moitié des appels au centre antipoison en France ont lieu entre juin et septembre, lorsque des personnes ingèrent accidentellement des fleurs, des feuilles ou des baies toxiques. Voici les plantes dont vous devez vous méfier.

Chaque année, les centres antipoison en France reçoivent environ 10 000 appels de personnes qui sont tombées involontairement sur des plantes et des fruits toxiques.

La majorité des appels aux centres antipoison concernent des enfants, mais les adultes confondent aussi plantes et baies sans danger et dangereuses, d’autant plus que plusieurs parties de la plante peuvent être dangereuses.

Voici les plantes à éviter – et à tenir hors de portée des enfants – en France :

Baies vénéneuses

Atropa belladonna – La première des baies toxiques dont il faut se méfier est la Belladone, ou deadly nightshade comme on l’appelle plus communément en anglais. Bien que relativement rare en France, vous pouvez rencontrer cette plante dans le bassin méditerranéen ou dans les Alpes. Elle pousse principalement sur des sols calcaires et argileux, dans les bois, les clairières ou les fourrés. Elle mesure environ un mètre de haut (et peut atteindre une hauteur supérieure).

Habituellement, la plante fleurit à la fin du printemps, au début de l’été – généralement vers le mois de juin.

Les feuilles de la plante sont brun rougeâtre, et ses fleurs sont en forme de cloche. Lorsque les baies apparaissent, elles sont grosses, noires et brillantes. Derrière les baies, on peut voir un feuillage à cinq pointes. Les baies elles-mêmes sont de la taille d’une petite cerise – environ 1,5-2 cm de diamètre.

Quelle est la toxicité ? Cette plante contient de l’atropine. Elle est très toxique et peut être mortelle pour les enfants si seulement 2 à 5 baies sont ingérées, et environ 10 à 15 baies pour les adultes.

Prunus laurocerasus L – connu en français sous le nom de laurier-cerise et en anglais sous les noms de laurel, almond laurel ou palm laurel – cette plante est un arbuste à feuilles persistantes. Elle est souvent plantée dans les parcs et jardins, et peut atteindre jusqu’à cinq à six mètres de hauteur. Elle est particulièrement connue pour ses feuilles, qui sont brillantes et de couleur vert foncé.

Les fleurs de la plante s’épanouissent au printemps, généralement en avril et mai, et elles sont typiquement blanches et petites, regroupées en une longue grappe.

Les baies se développent à la fin de l’été ou au début de l’automne. Ce sont des drupes (fruits charnus contenant un noyau) de couleur noire, et les fruits sont également regroupés en grappes.

Quelle est la toxicité ? La gravité des symptômes dépend de la quantité ingérée, mais l’empoisonnement peut être fatal – pour l’homme, comme pour d’autres créatures, comme les chevaux.

Viscum album – Le gui, la plante à baiser que nous accrochons au-dessus de nos portes pendant la période de Noël, est en fait un poison.

En français, on l’appelle le gui ou bois de Sainte Croix. Cette plante était autrefois utilisée dans les rituels païens pour signifier la fertilité masculine, et elle est indigène en Europe et dans les îles britanniques.

Quelle est sa toxicité ? Le gui européen est plus toxique que l’espèce américaine. L’ingestion des baies blanches ou des graines peut provoquer des douleurs abdominales, des vomissements et, dans de rares cas, une paralysie, un arrêt cardiaque ou la mort par asphyxie. Il faut donc le tenir à l’écart des animaux et des enfants pendant vos festivités du Nouvel An.

Lonicera xylosteum – Cette plante est connue sous le nom de Chèvrefeuille à balais en français, et de « fly honeysuckle » en anglais.

C’est un arbuste qui atteint environ un à deux mètres de hauteur. Il porte des baies rouges après avoir donné naissance à des fleurs blanches. Il est important de faire la distinction entre la fleur et le nectar qu’elle contient et les baies produites (qui peuvent être toxiques). En général, les fleurs deviennent des baies à l’automne.

Quelle est la toxicité ? Les baies rouges brillantes (ou parfois jaunes) de cet arbuste sont légèrement toxiques pour les humains – les enfants qui ingèrent un grand nombre de baies peuvent ressentir des douleurs abdominales et des vomissements. La toxicité des différentes espèces de chèvrefeuille varie.

Plantes et fleurs

Nerium oleander – Cette belle fleur rose se trouve généralement dans le sud de la France et est parfois utilisée comme raticide.

Quelle est sa toxicité ? Toutes les parties de la plante contiennent de l' »oléandrine », qui est toxique. L’ingestion, même à faible dose, peut être fatale. Même quelques feuilles peuvent tuer un adulte. Il est particulièrement important de pouvoir distinguer cette plante du Laurus nobilis, connu en français sous le nom de Laurier-sauce, qui produit des feuilles de laurier pouvant être utilisées en cuisine.

Convallaria majalis – Le muguet est très populaire le 1er mai, ou fête des travailleurs. Il est également toxique à l’ingestion, et doit être tenu hors de portée des enfants et des animaux domestiques. C’est une plante sylvestre qui fleurit avec de petites fleurs blanches.

Quelle est sa toxicité ? L’ingestion de cette plante – même l’eau d’un vase ayant contenu la plante – provoque des nausées, des maux de tête, des diarrhées et même, dans de rares cas, des troubles cardiaques pouvant entraîner la mort. Elle est surtout dangereuse pour les jeunes enfants et les animaux domestiques, mais les adultes doivent également faire attention.

Ricinus communis – Le ricin, connu sous le nom d’arbuste à ricin en anglais, est une plante que les jardiniers aiment pour ses belles touches de couleur.

Plante tropicale à l’origine, vous la rencontrerez peut-être dans les jardins en France. Elle atteint une hauteur de 4 à 12 mètres, et est connue pour ses grandes feuilles vertes violettes et ses fruits rouges en épi. À l’intérieur des fruits se trouve une noix appelée ricin, qui peut être utilisée pour fabriquer le poison mortel qu’est la ricine.

L’huile de ricin est utilisée dans les savons, les cosmétiques, et même comme conservateur alimentaire.

Quelle toxicité ? Les doses létales de ricin varient de 3 à 8 graines, selon la personne et son âge.

Digitalis purpurea – Connue sous le nom de digitale ou digitale pourpre, est toxique et peut même être mortelle. Malheureusement, elle est facilement confondue avec la consoude officinale qui est utilisée dans certains traitements homéopathiques.

En français, la digitale pourpre est appelée foxglove. Elle est connue pour ses fleurs de forme tubulaire de couleur violette. Elle est originaire d’Europe.

Quelle est sa toxicité ? Toutes les parties de la digitale pourpre sont toxiques. En cas d’ingestion, on peut observer des nausées, des vomissements, des diarrhées, une somnolence ou une agitation, des maux de tête ou des troubles visuels. Dans les cas les plus graves, un ralentissement du rythme cardiaque jusqu’à l’arrêt du cœur peut survenir.

Veratrum album – Le vératre blanc est très toxique en raison des alcaloïdes contenus principalement dans ses racines. Il peut facilement être confondu avec la « gentiane jaune » (Gentiana lutea), dont les racines sont utilisées en été pour la préparation d’apéritifs, de vins et de liqueurs en France. Le veratrum blanc a des fleurs blanches remarquables en forme d’étoile avec du vert au centre.

Quelle est la toxicité ? Toutes les parties de la plante sont toxiques, y compris son arôme. Plusieurs intoxications accidentelles par cette plante ont été signalées, la plupart entraînant des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, une bradycardie sinusale et une hypotension.

Champignons

La France possède une grande variété de champignons, dont certains sont délicieux, d’autres hallucinogènes et d’autres encore tout simplement mortels.

La cueillette des champignons est un passe-temps très populaire à l’automne, mais si vous n’êtes pas un expert, apportez votre butin à la pharmacie avant de le consommer, car elle pourra vérifier que tout ce que vous avez cueilli est sans danger.

Que faire si vous pensez avoir été exposé à une plante ou un fruit toxique ?

Tout d’abord, vous devez éloigner les enfants et les animaux domestiques de toutes les plantes et de tous les fruits toxiques. Si vous soupçonnez un empoisonnement, prenez une photo de la plante en question pour faciliter le diagnostic.

Les experts recommandent également de ne pas cueillir de baies ou de fleurs en grandes quantités, afin d’éviter de mélanger des plantes toxiques avec des plantes non toxiques. Enfin, cela peut sembler un conseil simple, mais arrêtez immédiatement de manger si la plante a un goût fétide ou désagréable.

Si vous savez que vous ou un enfant avez été exposé à une plante ou un fruit toxique, appelez immédiatement le 15 ou le 112, surtout si les symptômes semblent graves.

Gaël Le Roux, toxicologue clinicien, recommande dans son article pour The Conversation, si un enfant a « mis des feuilles ou des baies dans sa bouche, de se rincer l’intérieur de la bouche avec un linge humide, de se laver les mains, et d’appeler un centre antipoison ou de consulter un médecin en cas de symptômes ou au moindre doute pour identifier si la plante en question est toxique ou non. »

Il est préférable de ne pas attendre l’apparition des symptômes et, dans le cas des animaux domestiques, de contacter immédiatement un centre antipoison vétérinaire.

Si vous cherchez simplement à identifier si une plante ou un fruit est toxique, vous pouvez vous adresser à un médecin ou à un pharmacien.

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.