8 décembre 2022

Les patrons du tourisme parisien se félicitent du retour des touristes américains

La fin des restrictions de voyage liées à la Covid et un dollar fort ont fait grimper en flèche les réservations des visiteurs américains à Paris, et les responsables du tourisme s’attendent à une année exceptionnelle.

Les réservations des compagnies aériennes américaines à destination de Paris ont augmenté de 11 % entre avril et juillet, par rapport à la même période en 2019, selon les chiffres de l’office du tourisme de Paris, laissant présager une saison exceptionnelle pour la capitale française.

Les voyages en provenance des États-Unis ont été fortement restreints au cours des deux dernières années pendant la pandémie, mais désormais les voyageurs entièrement vaccinés peuvent venir en France sans avoir à passer un test Covid avant le vol.

La France a également supprimé le laissez-passer sanitaire dans les lieux de la vie quotidienne comme les bars, les cafés, les musées et les sites touristiques, bien qu’il reste obligatoire dans les établissements de santé.

Et pour ceux qui viennent d’Amérique – y compris les touristes mais aussi ceux qui ont la possibilité de rendre visite à leurs amis et à leur famille en France – il y a un autre avantage : le dollar fort.

Comme le dollar est presque à parité avec l’euro, les visiteurs américains constatent que leurs billets verts vont beaucoup plus loin qu’auparavant.

Ce mois-ci, l’euro est tombé à la parité avec le dollar pour la première fois en près de 20 ans, la réduction des livraisons de gaz russe à l’Europe ayant accentué les craintes d’une récession dans la zone euro.

Il s’est depuis légèrement redressé, pour s’établir à environ 1,02 dollar par euro, mais reste une excellente affaire pour les visiteurs, donnant aux touristes des pays en dollars une augmentation du pouvoir d’achat de bien plus de 10 % par rapport à il y a six mois.

« On a l’impression de visiter un lieu de vacances local aux États-Unis », a déclaré John Perides, un ingénieur retraité de Philadelphie, alors qu’il se frayait un chemin parmi les boutiques de souvenirs et les cafés du Quartier latin de la capitale française avec sa femme et un groupe d’amis.

« Notre dollar est allé beaucoup plus loin », a déclaré à l’AFP cet homme de 75 ans, ajoutant qu’il était heureux que la facture pour 12 jours de vacances ne dépasse pas 5 000 dollars par personne.

Traci Pawlowski, une généticienne moléculaire de 55 ans de San Diego, a déclaré que le taux de change favorable rendait les prix « très abordables » et « comparables à ceux des États-Unis ».

Les prix des restaurants, en particulier, sont désormais « comparables à ceux de la Californie », a-t-elle déclaré.

Annabel Granger, une étudiante de 18 ans originaire de Virginie, a déclaré qu’elle trouvait Paris « un peu moins cher » mais, a-t-elle ajouté, « cela dépend de l’endroit où vous allez ».

Jahzara Green, étudiante à Pittsburgh, également âgée de 18 ans, a déclaré que l’expérience parisienne se comparait très favorablement à un précédent voyage.

« Je suis déjà allée en Europe et j’ai pu constater la différence. C’était beaucoup plus cher à l’époque, mais maintenant c’est pareil », a-t-elle déclaré.

Vanguelis Panayotis, un expert français du tourisme qui dirige MKG Consulting, a déclaré qu’il avait détecté « un impact clair » de la baisse du dollar, en particulier sur la demande d’hôtels haut de gamme.

Les Américains sont de gros dépensiers lorsqu’ils se rendent à Paris, a-t-il observé. « Ils viennent ici pour consommer ».

Didier Arino, PDG de Protourisme, une société de conseil, a déclaré qu' »ils remplissent les hôtels de luxe en l’absence des Chinois et des Russes ».

Mais certains disent que les touristes américains, avec leur pouvoir d’achat supérieur à la moyenne, ne ressentent pas le bénéfice de leur monnaie plus forte autant que les visiteurs moins fortunés.

« Cela n’a aucun impact », a déclaré Jean-François Rial, patron du groupe Voyageurs du Monde et directeur de l’office du tourisme de Paris.

Les Américains qui se rendent à Paris ont tendance à être « très riches » et à être immunisés contre les fluctuations monétaires, a-t-il ajouté.

Au lieu de cela, ils rattrapaient leur retard en matière de voyages après deux années sans. « De plus, ils ont réservé leurs voyages il y a plusieurs mois, lorsque le dollar n’était pas aussi fort », a déclaré M. Rial.

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *