7 octobre 2022
Le temps est écoulé pour "l'horloge parlante" historique de la France

Le temps est écoulé pour « l’horloge parlante » historique de la France

Pendant près de 90 ans, toute personne en France ayant besoin de connaître l’heure à la seconde près pouvait appeler l’Observatoire de Paris et obtenir une réponse automatisée, basée sur l’astronomie.

Mais le compte à rebours final pour ce service inédit dans le monde a commencé.

Les nostalgiques qui espèrent composer le 3699 pour entendre la voix apaisante de l' »horloge parlante » de France devront faire vite, car l’opérateur de télécommunications Orange débranche le service le 1er juillet.
« Quand j’étais petite, ma mère ne cessait de me demander d’utiliser l’horloge parlante », se souvient Claire Salpetrier, professeur d’anglais à Magnanville, à l’ouest de la capitale.

Tout a commencé lorsqu’en 1933, l’astronome et directeur de l’Observatoire de Paris Ernest Esclangon en a eu assez que les gens encombrent la seule ligne téléphonique du centre pour demander l’heure officielle – un service essentiel à l’époque des horloges mécaniques.

Il a donc mis au point un concept qui sera ensuite adopté dans le monde entier, en intégrant les dernières technologies au fil des décennies.

Orange, l’ancien monopole d’État des télécommunications, a déclaré que l’Observatoire a reçu plusieurs millions d’appels en 1991, lorsque l’infrastructure dédiée a été mise en place pour fournir des heures précises à la 10e milliseconde.

« Le service public était assez fort à l’époque, mais petit à petit, nous avons commencé à voir une érosion », explique à l’AFP Catherine Breton, directrice marketing d’Orange.

« Il n’y avait plus que quelques dizaines de milliers d’appels en 2021 ».

Entendre le fameux « Au quatrième bip, l’heure sera… » en alternant voix d’hommes et de femmes s’élevait en dernier lieu à 1,50 euro la pièce (1,58 dollar), ce qui peut aussi s’avérer dissuasif à l’ère des smartphones.

Triste et nostalgique

« J’ai été surpris que cela existe encore. C’est quelque chose que nous connaissions quand nous étions enfants, quand nous n’avions pas encore de téléphones portables », a déclaré Antonio Garcia, directeur d’un dispensaire à Meulan-en-Yvelines, en région parisienne.

« C’était super pratique quand on avait besoin de prendre un train ou un avion – je me souviens encore du ‘bip, bip, bip' », a-t-il ajouté.

La version actuelle est la quatrième génération du service et est calculée à partir du temps universel coordonné dans une pièce à température contrôlée par le laboratoire Time-Space Reference Services (SYRTE) hébergé à l’Observatoire.

Une grande partie de l’équipement nécessaire à son fonctionnement doit être remplacée, un investissement qui ne semble pas en valoir la peine.

Charlotte Vanpeen, spécialiste des relations avec les médias, a déclaré qu’elle avait l’habitude de l’utiliser « lorsque l’électricité était coupée et qu’il fallait remettre l’heure sur tout ».

« Entendre parler de sa fin me rend triste et nostalgique », a-t-elle déclaré.

« Les enfants d’aujourd’hui ont toutes ces technologies et ne savent pas ce que nous avions. Les bonnes choses sont en train d’être oubliées. »

Pour Michel Abgrall, l’ingénieur de recherche chargé de faire fonctionner l’horloge parlante, sa disparition est « un peu émouvante ».

« Elle fait partie de notre patrimoine culturel », a-t-il déclaré.

Mais pour ceux qui s’inquiètent de ne pas connaître l’heure exacte, Michel Abgrall dit qu’il ne faut pas s’inquiéter : elle figure en bonne place sur la page d’accueil de l’Observatoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.