7 octobre 2022
L'Australie va verser 555 millions d'euros à l'entreprise française de sous-marins.

L’Australie va verser 555 millions d’euros à l’entreprise française de sous-marins.

Lorsque l’Australie s’est retirée d’un contrat avec un fabricant français de sous-marins l’année dernière, cela a provoqué un tollé au sein du gouvernement parisien. Aujourd’hui, les relations reviennent à la normale – à un prix.

L’Australie a dévoilé samedi un accord de compensation substantiel avec le fabricant français de sous-marins Naval Group, mettant fin à un conflit contractuel qui a envenimé les relations entre Canberra et Paris pendant près d’un an.

Le Premier ministre Anthony Albanese a déclaré que l’entreprise française avait accepté un « règlement juste et équitable » de 555 millions d’euros pour l’Australie, mettant fin à un contrat de sous-marins de plusieurs milliards de dollars vieux de dix ans.

L’accord a mis un terme à une dispute qui a provoqué des récriminations au niveau des dirigeants et menacé de torpiller les discussions sur un accord commercial entre l’UE et l’Australie.

« Il nous permet de tourner une page dans nos relations bilatérales avec l’Australie et de nous tourner vers l’avenir », a déclaré le ministre français de la défense, Sébastien Lecornu.

M. Albanese a déclaré qu’il se rendrait bientôt en France pour « réinitialiser » une relation en proie à des tensions « assez évidentes ».

Le bras de fer a commencé en septembre 2021, lorsque le Premier ministre australien de l’époque, Scott Morrison, a brusquement rompu un contrat de longue date avec la société Naval, soutenue par l’État français, pour la construction d’une douzaine de sous-marins à propulsion diesel.

Il a également stupéfié Paris en révélant des discussions secrètes pour l’achat de sous-marins à propulsion nucléaire américains ou britanniques, un changement majeur pour un pays disposant d’une faible capacité nucléaire nationale.

Cette décision a suscité la colère du président français Emmanuel Macron, qui a publiquement accusé M. Morrison de mentir et rappelé son ambassadeur d’Australie en signe de protestation.

Les relations ont été gelées jusqu’en mai dernier, date à laquelle l’Australie a élu le leader de centre-gauche Albanese.

Depuis son entrée en fonction, il s’est empressé d’arranger les relations tendues avec la France, la Nouvelle-Zélande et les nations insulaires du Pacifique, qui s’opposaient à la lenteur du précédent gouvernement conservateur en matière de changement climatique.

« Nous rétablissons une meilleure relation entre l’Australie et la France », a déclaré M. Albanese, après avoir parlé à M. Macron de l’accord.

« J’ai hâte de répondre à l’invitation que m’a faite le président Macron de me rendre à Paris à la première occasion. »

S’exprimant en marge du sommet sur la sécurité du Shangri-La Dialogue à Singapour, M. Lecornu a déclaré que la France appréciait son « amitié » avec l’Australie.

« Ce n’est pas parce qu’un gouvernement dans le passé n’a pas tenu sa parole que nous devons oublier notre relation stratégique », a-t-il déclaré.

« L’Australie a une nouvelle équipe au pouvoir, nous sommes heureux de pouvoir travailler avec elle ».

Course aux armements

Le contrat des sous-marins avait été la pièce maîtresse de la course de l’Australie pour développer ses capacités militaires, car elle craint la menace d’une Chine plus belliqueuse sous la direction du président Xi Jinping.

Au total, l’échec du contrat des sous-marins français aura coûté 2,4 milliards de dollars aux contribuables australiens, a déclaré M. Albanese, sans qu’ils aient pu en tirer un quelconque bénéfice.

Les sous-marins à propulsion nucléaire promis coûteront probablement plusieurs milliards de plus, mais ils donneront à l’Australie la capacité d’opérer plus furtivement et, armés de missiles de croisière sophistiqués, ils seront beaucoup plus dissuasifs pour Pékin.

Mais une profonde incertitude demeure quant à la rapidité de leur construction.

Les premiers sous-marins américains ou britanniques ne seront probablement pas mis à l’eau avant des décennies, ce qui laissera un long vide en termes de capacités, alors que la flotte australienne existante vieillit.

Le choix de l’entrepreneur aura un impact économique important et des implications stratégiques, en liant étroitement la marine australienne à celle de la nation choisie.

L’ancien ministre de la défense et actuel leader de l’opposition, Peter Dutton, a déclaré cette semaine qu’il avait décidé de s’approvisionner en sous-marins auprès des États-Unis, une révélation inhabituelle compte tenu de la sensibilité des négociations en cours.

Le gouvernement actuel a insisté sur le fait qu’aucune décision n’a encore été prise et a promis de rester un partenaire proche des États-Unis.

Dans le même temps, M. Albanese a également pris des mesures provisoires pour mener les premières discussions de niveau ministériel avec la Chine depuis plus de deux ans, après une série d’âpres différends politiques et commerciaux.

Le ministre de la défense Richard Marles a déclaré samedi à Singapour que l’Australie souhaitait entretenir des relations « respectueuses » avec tous les pays de la région, ajoutant : « Cela inclut la Chine ».

« L’Australie attache de l’importance à une relation productive avec la Chine. La Chine ne va nulle part. Et nous avons tous besoin de vivre ensemble et, espérons-le, de prospérer ensemble », a-t-il déclaré.

M. Marles a toutefois rejeté une question pointue d’un responsable militaire chinois qui demandait si l’accord dit AUKUS avec les États-Unis et la Grande-Bretagne pour la fourniture de technologie de sous-marins était une nouvelle alliance de défense.

« AUKUS n’est pas une mini-OTAN », a déclaré M. Marles. « Ce n’est pas une alliance ».

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.