Radio Maritima Culture L’ancien directeur du musée du Louvre mis en examen dans une affaire de trafic d’œuvres d’art

L’ancien directeur du musée du Louvre mis en examen dans une affaire de trafic d’œuvres d’art

musée-du-Louvre

musée-du-Louvre

L’ancien président du musée du Louvre à Paris a été inculpé pour avoir conspiré en vue de dissimuler l’origine de trésors archéologiques égyptiens que les enquêteurs soupçonnent d’avoir été expulsés du pays pendant les révoltes du printemps arabe, a indiqué jeudi une source judiciaire française.

Jean-Luc Martinez a été mis en examen mercredi après avoir été emmené pour être interrogé en même temps que deux spécialistes français de l’art égyptien, qui n’ont pas été mis en examen, a indiqué à l’AFP une autre source proche de l’enquête.

Le Louvre, propriété de l’Etat français, est le musée le plus visité au monde avec environ 10 millions de visiteurs par an avant la pandémie de Covid-19 et abrite une partie du patrimoine culturel le plus célèbre de la civilisation occidentale.

Le musée s’est refusé à tout commentaire lorsqu’il a été contacté par l’AFP.

Les enquêteurs français ont ouvert le dossier en juillet 2018, deux ans après l’achat par la branche du Louvre à Abou Dhabi d’une rare stèle en granit rose représentant le pharaon Toutankhamon et de quatre autres œuvres historiques pour huit millions d’euros (8,5 millions de dollars).

Martinez, qui a dirigé le Louvre de 2013 à 2021, est accusé d’avoir fermé les yeux sur les faux certificats d’origine des pièces, une fraude qui impliquerait plusieurs autres experts en art, selon l’hebdomadaire d’investigation français Canard Enchaine.

Il a été mis en examen pour complicité d’escroquerie et « recel d’origine d’œuvres pénalement obtenues par fausse mention », selon la source judiciaire.

Jean-Luc Martinez est actuellement ambassadeur du ministère français des Affaires étrangères chargé de la coopération internationale en matière de patrimoine culturel, qui s’occupe notamment de la lutte contre le trafic d’œuvres d’art.

« Jean-Luc Martinez conteste de la manière la plus ferme sa mise en examen dans cette affaire », ont déclaré ses avocats à l’AFP dans un communiqué.

Pillage du printemps arabe

« Pour l’instant, il réserve ses déclarations à la justice, et ne doute pas que sa bonne foi sera établie », ont-ils déclaré.

Les enquêteurs français soupçonnent que des centaines d’objets d’art ont été pillés en Égypte et dans d’autres pays du Moyen-Orient lors des manifestations du début des années 2010, connues sous le nom de Printemps arabe.

Ils soupçonnent que les artefacts ont ensuite été vendus à des galeries et des musées qui n’ont pas posé trop de questions sur leur propriété antérieure.

L’inculpation de Martinez intervient après que le galeriste germano-libanais qui a négocié la vente, Robin Dib, a été arrêté à Hambourg en mars et extradé vers Paris pour être interrogé.

Marc Gabolde, un égyptologue français, a déclaré, selon le Canard Enchaine, qu’il avait informé les responsables du Louvre de ses soupçons concernant la stèle de Toutankhamon, mais qu’il n’avait reçu aucune réponse.

L’ouverture de l’enquête en 2018 a fait vaciller le marché de l’art parisien, plaque tournante des antiquités des civilisations du Moyen-Orient.

En juin 2020, l’éminent expert en archéologie parisien Christophe Kunicki et le marchand Richard Semper ont été mis en examen pour fraude pour la fausse certification d’œuvres pillées dans plusieurs pays pendant le printemps arabe.

Ils ont également joué un rôle dans la certification d’une autre œuvre égyptienne prisée, le sarcophage doré du prêtre Nedjemankh qui a été acheté par le Metropolitan Museum of Art de New York en 2017.

Gabolde a déclaré qu’un marchand d’art égyptien, Habib Tawadros, était également impliqué dans les deux transactions suspectes.

Après que les procureurs de New York ont déterminé que le sarcophage avait été volé pendant les révoltes contre le président égyptien Hosni Moubarak en 2011, le Met a déclaré avoir été victime de fausses déclarations et de faux documents, et a rendu le cercueil à l’Égypte.

Quitter la version mobile