Radio Maritima Politique La nouvelle décision de justice marque-t-elle la fin de la lutte des Britanniques pour rester citoyens européens ?

La nouvelle décision de justice marque-t-elle la fin de la lutte des Britanniques pour rester citoyens européens ?

La nouvelle décision de justice marque-t-elle la fin de la lutte des Britanniques pour rester citoyens européens ?

La nouvelle décision de justice marque-t-elle la fin de la lutte des Britanniques pour rester citoyens européens ?

La Cour de justice de l’Union européenne a confirmé jeudi que le Brexit signifie réellement que les Britanniques ne sont plus des citoyens de l’UE. Claudia Delpero cherche à savoir s’il existe un autre moyen pour eux de conserver leurs droits.

La Cour de justice de l’Union européenne a confirmé jeudi que les Britanniques ont perdu la citoyenneté européenne lorsque le Royaume-Uni a quitté l’UE, le 1er février 2020.

C’est la première fois que la plus haute juridiction de l’Union européenne se prononce sur cette question, après que plusieurs affaires juridiques aient contesté cette issue spécifique du Brexit. Cette décision crée également un précédent si d’autres pays décident de quitter l’Union européenne à l’avenir.

Quelle a été la décision de la Cour de justice de l’UE ?

La Cour de justice a statué sur une affaire portée par une femme britannique vivant en France.

Avant le Brexit, elle pouvait voter et se présenter comme candidate dans sa ville de résidence, Thoux. Mais après le retrait du Royaume-Uni de l’UE, elle a été radiée des listes électorales et exclue des élections municipales qui ont eu lieu en mars 2020, pendant la période de transition.

Le maire ayant refusé son recours pour rétablir l’inscription, elle a porté l’affaire devant le tribunal régional d’Auch, qui a accepté de demander une interprétation des règles au tribunal supérieur de l’UE.

Julien Fouchet, l’avocat qui soutient l’affaire et plusieurs autres affaires concernant la citoyenneté européenne de ressortissants britanniques, a fait valoir que la perte de la citoyenneté européenne et du droit de vote était disproportionnée. Elle serait également contraire à la Charte des droits fondamentaux de l’UE, étant donné que la femme a également perdu son droit de vote au Royaume-Uni, après avoir vécu à l’étranger pendant plus de 15 ans.

Alice Bouillez, qui vit en France depuis 1984 et est mariée à un ressortissant français, aurait pu demander la nationalité française, mais ne l’a pas fait car elle a déclaré que « ce n’était pas nécessaire » avant le Brexit et, en tant qu’ancienne fonctionnaire britannique, elle avait prêté serment d’allégeance à la reine.

Jeudi, la Cour de justice a annoncé la décision concernant son cas. La cour a jugé que « la possession de la nationalité d’un État membre est une condition essentielle pour qu’une personne puisse acquérir et conserver le statut de citoyen de l’Union et bénéficier pleinement des droits attachés à ce statut. »

Le tribunal a donc confirmé que les ressortissants britanniques perdaient automatiquement leur citoyenneté de l’UE à la suite du Brexit et que, par conséquent, les Britanniques perdaient également leurs droits de vote et d’éligibilité aux élections municipales dans l’UE (à moins que le pays où ils vivent ne fixe des règles différentes).

Qu’est-ce que la citoyenneté européenne ?

La citoyenneté de l’UE a été introduite par le traité de Maastricht de 1992, alors que les frontières s’ouvraient et que l’Union s’intégrait économiquement après la fin de la guerre froide.

En vertu de ce traité, toute personne possédant la nationalité d’un État membre de l’UE est un citoyen de l’Union. La citoyenneté de l’UE s’ajoute à la nationalité et ne la remplace pas, précise le traité. Mais elle crée la première forme de citoyenneté transnationale qui accorde des droits par-delà les frontières.

Les citoyens de l’UE ont le droit d’accéder au territoire, au marché du travail et aux services de l’autre, selon le principe de non-discrimination. S’ils sont économiquement actifs, ils ont le droit de résider dans d’autres États de l’UE et d’être rejoints par les membres de leur famille, d’accéder aux soins de santé aux mêmes conditions que les ressortissants nationaux (pour les traitements d’urgence, même en cas de voyage temporaire), d’obtenir des prestations de sécurité sociale et de voir leurs qualifications professionnelles reconnues.

Au-delà de la libre circulation, la citoyenneté de l’UE comporte également des droits politiques, tels que le droit de participer aux élections du Parlement européen, de voter et de se porter candidat aux élections municipales lorsqu’ils vivent dans d’autres pays de l’UE, de bénéficier de la protection consulaire d’autres États de l’UE en dehors de l’UE et de participer à des initiatives citoyennes européennes demandant à l’UE de légiférer sur certaines questions.

Quels droits de citoyenneté européenne les Britanniques ont-ils perdus avec le Brexit ?

Pour les citoyens britanniques qui vivaient dans l’UE avant le Brexit, l’accord de retrait protège certains de ces droits. Les Britanniques couverts par l’accord voient leur résidence, l’accès au travail et à l’éducation, les soins de santé, la sécurité sociale et les qualifications sécurisés, mais uniquement dans le pays où ils vivaient avant le Brexit.

Mais le droit à la libre circulation dans d’autres États de l’UE, la protection consulaire dans les pays tiers et les droits politiques attachés à la citoyenneté de l’UE ont été perdus, a confirmé la Cour.

Pour les citoyens britanniques au Royaume-Uni, l’accord de commerce et de coopération a préservé certains droits en matière de sécurité sociale et, en théorie, la possibilité de faire reconnaître ses qualifications professionnelles en cas de déménagement dans un pays de l’UE. Ces dispositions manquent toutefois de détails et il faudra sans doute attendre longtemps avant qu’elles ne fonctionnent dans la pratique.

Comme l' »Union européenne » ne figure plus sur les passeports britanniques, la possibilité d’accéder aux couloirs de l’UE dans les aéroports pour éviter les files d’attente au contrôle des passeports a également disparu.

« La perte de ces droits précieux a été claire pour ceux d’entre nous qui vivent dans l’UE dès les premiers jours du Brexit. Mais pour les Britanniques au Royaume-Uni, les réalités de la vie en dehors de l’UE et les conséquences du Brexit ne font que commencer. Les longues files d’attente aux frontières, les frais d’itinérance, les obstacles au travail à l’étranger, etc. sont la nouvelle réalité », a déclaré Sue Wilson, présidente du groupe Remain in Spain.

Bien qu’elle ait déclaré que la décision du tribunal n’était « pas vraiment une surprise », elle a fait valoir que « ce n’est pas le Brexit promis au public, ni celui pour lequel la majorité a voté. »

Les citoyens britanniques peuvent-ils récupérer certains de ces droits ?

Déçu par la décision de la Cour, Julien Fouchet a promis de poursuivre le combat juridique en portant l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme (qui n’est pas une institution de l’UE).

Deux autres affaires portant sur la question de la citoyenneté européenne des ressortissants britanniques sont toujours pendantes devant la Cour de justice de l’UE. L’une d’elles vise à déterminer si la citoyenneté de l’UE est un « statut fondamental » qui ne peut être supprimé, mais la décision de jeudi pourrait déjà avoir apporté la réponse.

La renégociation de l’accord commercial entre l’UE et le Royaume-Uni, qui sera réexaminé en 2025, constitue une autre possibilité de reconsidérer certains droits.

Dans le même temps, l’UE révise les règles applicables aux citoyens non européens vivant dans les pays de l’UE à long terme, afin de faciliter les déplacements transfrontaliers.

La demande de citoyenneté est jusqu’à présent la seule option pour retrouver le droit de vote, bien que tous les pays de l’UE n’autorisent pas la double nationalité.

Sue Wilson, qui milite depuis longtemps pour que le Royaume-Uni reste dans l’UE, a déclaré : « Il n’y a qu’une seule façon de rétablir le droit de vote : « Il n’y a qu’une seule façon de rétablir la perte de nos droits, c’est de réintégrer le marché unique, l’union douanière et, à terme, l’Union européenne… Jusqu’à ce jour, nous continuerons d’être des citoyens de seconde zone dont les droits ont été diminués au nom d’une idéologie. »

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Quitter la version mobile