Radio Maritima Voyage La France plafonne le nombre de visiteurs dans les criques de Marseille

La France plafonne le nombre de visiteurs dans les criques de Marseille

La France plafonne le nombre de visiteurs dans les criques de Marseille

La France plafonne le nombre de visiteurs dans les criques de Marseille

Le parc national des Calanques, dans le sud de la France, limite les entrées afin d’empêcher l’effondrement de ses formations rocheuses séculaires.

Deux criques populaires de la région des « Calanques » près de Marseille, qui comptent parmi les principales attractions du sud de la France, ont vu leur nombre de visiteurs plafonné dimanche pour la première fois afin de protéger leur écosystème fragile.

La côte entre Marseille et Cassis abrite les calanques les plus connues de France, des formations rocheuses séculaires aux falaises abruptes, offrant des vues spectaculaires, une faune marine rare et une baignade protégée.

Très populaires auprès des habitants et des visiteurs, elles ne sont souvent accessibles que par bateau ou par des sentiers de randonnée.

Comme les formations calcaires n’ont que peu ou pas de terre arable, les plantes ont dû prendre racine dans les fissures entre les rochers, ce qui rend leur maintien ténu et vulnérable aux perturbations.

« Les calanques de Sugiton et des Pierres Tombees ont été victimes d’une très forte érosion des sols en raison de la surfréquentation », a déclaré le parc national des Calanques, qui gère ce paysage de falaises verticales étroites, de criques et de plages.

« Ce phénomène menace les paysages que nous aimons tant, ainsi que la biodiversité », a-t-il ajouté.

L’accès à Sugiton et Pierres Tombees a été limité à 400 personnes chacune le dimanche, alors que le nombre de visiteurs quotidiens habituels en été est de 2 500.

Cette nouvelle mesure vise à permettre « la régénération naturelle » de l’anse, a expliqué à l’AFP Nicolas Chardin, directeur par intérim du parc national, sur la plage de Sugiton dimanche.

Les réservations en ligne sont gratuites, mais toute personne trouvée sur les plages sans laissez-passer les jours de plafonnement peut se voir infliger une amende de 68 euros (72 dollars).

« Tout s’est bien passé ce matin, espérons que cela reste ainsi toute la saison », a déclaré à l’AFP Mathieu Benquet, qui dirige l’équipe de police du parc national.

Cependant, de nombreuses personnes – dont plusieurs étrangers – avaient été refoulées aux différents points de contrôle le long du chemin d’accès à la crique parce qu’elles n’avaient pas le QR code requis.

Certains visiteurs, espérant une baignade rafraîchissante lors d’une journée chaude, étaient mécontents de la nouvelle règle.

« Nous venons ici depuis 10 ans, c’est comme notre crique d’origine », a déclaré Younes Azabib, un Marseillais de 26 ans.

« On a pensé à tout, au pique-nique et aux pizzas. Mais on n’a pas pensé à réserver », a déclaré son ami, Bilal.

Mais d’autres ont apprécié le calme retrouvé à la plage.

« C’est génial », a déclaré Isabelle, une Marseillaise de 50 ans qui se tient habituellement à l’écart pendant l’été à cause de la foule. « C’est enfin possible de se baigner ».

Nicolas Ponsot, un père de trois enfants âgé de 41 ans, a également salué le plafonnement des visiteurs, affirmant que « cela permet de préserver tout cet écosystème ».

La nouvelle règle sera à nouveau appliquée dimanche prochain, puis tous les jours entre le 10 juillet et le 21 août, a indiqué le parc national.

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Quitter la version mobile