Radio Maritima Culture Des crânes, de la bière et une « cathédrale » : Découvrez les secrets du Paris souterrain

Des crânes, de la bière et une « cathédrale » : Découvrez les secrets du Paris souterrain

Vous avez certainement entendu parler du métro, peut-être des catacombes et peut-être même du lac souterrain du Fantôme de l’Opéra, mais il y a des choses qui se cachent sous Paris qui pourraient vous surprendre.

Paris est l’une des villes les plus densément peuplées d’Europe. Plus de deux millions de personnes vivent sur son territoire. Lorsque ces habitants se promènent le long des Champs-Élysées ou de la rue de Rivoli, ils ne sont peut-être pas du tout conscients du vaste monde souterrain qui existe sous leurs pieds.

Voici quelques-uns des joyaux cachés sous les célèbres monuments de la Ville Lumière :

Crânes, bière et police

Lieu de repos final de plus de six millions de Parisiens, les catacombes sont la partie la plus connue du Paris souterrain, mais saviez-vous que les 1 700 mètres de catacombes ouverts au public représentent moins d’un pour cent de l’ensemble des catacombes de Paris ? En fait, on estime que le réseau souterrain s’étend sur environ 300 km.

Les catacombes sont également connues sous le nom d’Ossuaire Municipal, et sont situées sur le site d’anciennes carrières de calcaire. L’Ossuaire tel que nous le connaissons a été créé au cours du 18e siècle, car les cimetières de la ville ne pouvaient pas supporter la croissance de la population et des problèmes de santé publique ont commencé à être soulevés. Peu à peu, les restes de millions de Parisiens ont été déplacés sous terre.

Les ossements des Parisiens ne représentent qu’une petite partie des « carrières » de Paris, que l’on peut voir sur la carte ci-dessus.

Ces passages souterrains ont fasciné les cataphiles pendant de nombreuses années – avec des histoires de fêtes secrètes, d’exploration illicite de tunnels et bien plus encore. Pendant les périodes de fermeture de la Covid, les catacombes ont tristement servi de lieu de fêtes clandestines. À un moment donné, plus de 35 personnes ont reçu une contravention pour avoir participé à des raves souterraines.

Le réseau dispose même de son propre service de police, le Groupe d’Intervention et de Protection, familièrement appelé les cataflics, qui est une brigade de police spécialisée chargée de surveiller les anciennes carrières de Paris.

Si ces carrières sont un endroit où l’on peut secrètement boire quelques pintes, elles sont également liées à la bière pour une autre raison. En effet, elles constituent un environnement idéal pour le stockage et la fabrication de la bière, avec des températures toujours fraîches et un accès proche aux sources d’eau souterraines.

En 1880, la brasserie Dumesnil, située dans le 14e arrondissement, a investi dans les carrières situées sous ses locaux, les utilisant pour stocker les milliers de barils de bière qu’elle produisait chaque année. Au fil des ans, la brasserie a tout simplement transformé son sous-sol en une véritable usine souterraine.

Si vous voulez vraiment visiter les anciennes carrières souterraines en particulier, vous ne devez pas vous contenter d’aller dans les catacombes. Vous pouvez également le faire en visitant les « Carrières des Capucins ». Se trouvant juste en dessous de l’hôpital Cochin, situé dans le 14e arrondissement, l’accès à ces tunnels est autorisé au public (sur réservation) en petits groupes.

Quant à pénétrer dans le reste du réseau des anciennes carrières, c’est illégal depuis 1955, ce qui n’a pas empêché plusieurs visiteurs et explorateurs curieux de tenter de découvrir les secrets qui se cachent sous terre.

Musée des égouts

Récemment rénové, ce musée ne figure peut-être pas en tête de liste des touristes comme le Louvre ou le Musée d’Orsay, mais le musée des égouts a en fait beaucoup d’histoire fascinante à partager. Il a fallu près d’un siècle pour construire le système d’égouts de Paris, et c’est en grande partie grâce à lui que la ville s’est développée, protégeant la santé publique des habitants en aidant à prévenir les épidémies.

La visite des égouts n’est pas non plus une activité nouvelle : selon le site internet du musée, « dès 1867, année de l’Exposition universelle, les visites ont rencontré un immense succès public, la raison étant que cet espace souterrain avait toujours été caché aux yeux curieux de tous ceux qui habitent la surface de Paris. »

Stations fantômes

Au total, 16 stations de métro sont inutilisées dans le sous-sol parisien. Certaines ont été construites et n’ont jamais été mises en service, d’autres ont été désaffectées après la Seconde Guerre mondiale.

La plus célèbre est celle de la Porte des Lilas, une station de métro en service qui possède une section « fantôme » inutilisée, utilisée aujourd’hui pour le tournage de scènes au cinéma et à la télévision.

Si vous avez déjà regardé une scène se déroulant dans le métro, il y a de fortes chances qu’elle ait été filmée à la Porte des Lilas, qui possède une section de voie sur laquelle les voitures du métro peuvent se déplacer si nécessaire pour des séquences d’action.

Cette section supplémentaire a été mise hors service en 1939 en raison de sa sous-utilisation et, dans les années 1950, elle a servi à tester les nouvelles voitures de métro.

Attention si vous vous trouvez dans la station Haxo – elle n’a pas d’entrée ou de sortie propre et n’est accessible qu’en suivant les tunnels du métro. C’est l’une des six stations qui n’ont jamais été ouvertes, à l’instar de Porte Molitor, Orly-Sud, La Défense-Michelet, ou Élysée-La Défense.

D’autres stations ont été fermées car elles étaient trop proches d’autres stations, comme la station Saint-Martin, qui a été fermée après la Seconde Guerre mondiale car elle était trop proche de Strasbourg-Saint Denis.

Ces stations fantômes sont généralement interdites au public, mais l’accès est parfois autorisé pour des visites guidées ou des événements spéciaux.

Rappels de la Seconde Guerre mondiale

Le métro de Paris a joué un rôle important pendant la Seconde Guerre mondiale.

Tout d’abord, il y a le bunker de commandement de la résistance française, qui fait maintenant partie du Musée de la Libération, place Denfert Rochereau.

C’est de là que les chefs de la Résistance ont coordonné la bataille pour la libération de Paris en 1944.

Il y a aussi le bunker anti-bombardement près de la Gare de l’Est. Normalement, il est fermé pendant l’année, mais il est ouvert lors des Journées du patrimoine en septembre. (Journées de patrimoine).

Le bunker a été initialement commandé en 1939 pour permettre aux trains de continuer à circuler, même en cas d’attaque au gaz, et il a été achevé par les Allemands en novembre 1941. Il est situé entre les voies 3 et 4 du métro. Le bunker lui-même, qui peut accueillir jusqu’à 50 personnes, est pratiquement figé dans le temps, avec une salle de contrôle et un téléphone.

Une autre rivière

Vous avez entendu parler de la Seine, mais qu’en est-il de la rivière souterraine qui traverse la ville de Paris ? Avant le 20e siècle, la Bièvre coulait également dans la ville, traversant les 13e et 5e arrondissements de Paris. Autrefois, les tanneurs et les teinturiers s’installaient à côté de la Bièvre, comme le montre l’image ci-dessous.

En 1875, dans le cadre de la transformation de la ville, Georges-Eugène Haussmann a décidé que la Bièvre devait disparaître. Elle a été en grande partie recouverte, et ce qui reste de la rivière coule désormais sous la ville, certaines parties rejoignant le réseau d’égouts de Paris.

Le lac du Fantôme

Si vous êtes un fan du Fantôme de l’Opéra, vous savez que le repaire du Fantôme se trouve sous le Palais Garnier (l’Opéra), et que Christine et le Fantôme doivent traverser un lac souterrain pour y accéder.

Cette étendue d’eau n’est pas le fruit de l’imagination de Gaston Leroux – bien qu’il ne s’agisse pas d’un véritable lac, un grand réservoir d’eau se trouve sous le terrain. Il est même utilisé pour entraîner les pompiers à nager dans l’obscurité.

Le Fantôme n’est pas réel, cependant (probablement).

Cathédrale

Le réservoir de Montsouris est l’une des principales sources d’eau potable de Paris, avec L’Haÿ-les-Roses, Saint-Cloud, Ménilmontant et Les Lilas.

Mais s’il est incontestablement très utile, il est surtout célèbre pour son aspect.

La structure ressemble à une sorte de cathédrale d’eau souterraine et abrite plus de 1 800 piliers, qui soutiennent ses nombreuses voûtes et arches. Elle est fermée au public, mais sa rare beauté fait qu’elle est souvent photographiée par les explorateurs urbains.

Les fermes à champignons

Et enfin, les « champignonnières ». Les champignons de Paris sont cultivés sous le sol de la capitale depuis des siècles.

Les « champignons de Paris » sont cultivés depuis le XVIIe siècle. Les champignons rosés des près étaient les préférés de Louis XIV et étaient à l’origine cultivés en surface – leur couleur provient du calcaire sur lequel Paris est construit.

Au 19e siècle, ils sont passés sous terre, ce qui offrait plus d’espace et permettait de cultiver les champignons toute l’année, mais la construction du métro parisien a finalement poussé de nombreux producteurs à quitter la capitale.

Aujourd’hui, il ne reste plus que cinq producteurs traditionnels en activité – Shoua-moua Vang exploite la plus grande champignonnière souterraine de la région parisienne, répartie sur un hectare et demi de tunnels dans une colline surplombant la Seine.

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Quitter la version mobile