25 septembre 2022
Installation d’équipements sanitaires et ménagers à Evere

Covid-19 : Les vacances d’été européennes menacées par la montée des sous-variantes

Une résurgence des cas de Covid-19 en Europe, cette fois-ci sous l’impulsion de nouvelles sous-variantes Omicron à propagation rapide, menace une fois de plus de perturber les projets d’été de la population.

Plusieurs pays d’Europe occidentale ont récemment enregistré leur plus grand nombre de cas quotidiens depuis des mois, en partie à cause des sous-variants BA.4 et BA.5 d’Omicron.

L’augmentation du nombre de cas a suscité des appels à une vigilance accrue sur un continent qui a assoupli la plupart, sinon toutes les restrictions relatives aux coronavirus.

La première résurgence a eu lieu en mai au Portugal, où le BA.5 a provoqué une vague qui a atteint près de 30 000 cas par jour au début du mois de juin. Cette vague a toutefois commencé à se calmer depuis.

L’Italie a enregistré plus de 62 700 cas mardi, soit près du double du nombre de cas de la semaine précédente, selon le ministère de la santé.

L’Allemagne a quant à elle signalé plus de 122 000 cas mardi.

La France a enregistré plus de 95 000 cas mardi, soit le nombre quotidien le plus élevé depuis fin avril, ce qui représente une augmentation de 45 % en une semaine seulement.

L’Autriche a enregistré ce mercredi plus de 10 000 cas pour la première fois depuis avril.

Les cas ont également augmenté en Grande-Bretagne, où le nombre de réinfections par Omicron a été multiplié par sept, selon l’Office des statistiques nationales (ONS).

L’ONS a imputé cette hausse aux variantes BA.4 et BA.5, mais a également indiqué que le Covid était tombé au sixième rang des causes de décès en mai, représentant 3,3 % de tous les décès en Angleterre et au Pays de Galles.

La BA.5 « prend le dessus ».

Mircea Sofonea, épidémiologiste à l’université de Montpellier, a déclaré que la vague estivale européenne de Covid pouvait s’expliquer par deux facteurs.

L’un est le déclin de l’immunité, car « la protection conférée par une infection ou une dose de vaccin diminue avec le temps », a-t-il expliqué à l’AFP.

L’autre tient aux nouveaux sous-variants BA.4 et surtout BA.5, qui se propagent plus rapidement car ils semblent à la fois plus contagieux et mieux à même d’échapper à l’immunité.

Olivier Schwartz, responsable de l’unité « virus et immunité » à l’Institut Pasteur de Paris, a déclaré que le BA.5 était en train de « prendre le dessus » car il est 10 % plus contagieux que le BA.2.

« Nous sommes confrontés à une évolution continue du virus, qui rencontre des personnes qui ont déjà des anticorps – parce qu’elles ont déjà été infectées ou vaccinées – et doit alors trouver un avantage sélectif pour pouvoir se faufiler », a-t-il déclaré.

Mais les nouveaux sous-variants sont-ils plus graves ?

« Sur la base de données limitées, rien ne prouve que les variantes BA.4 et BA.5 soient associées à une gravité accrue de l’infection par rapport aux variantes circulantes BA.1 et BA.2 », a déclaré la semaine dernière le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Mais l’augmentation des cas peut entraîner une hausse des hospitalisations et des décès, a averti l’ECDC.

Alain Fischer, qui coordonne la stratégie française en matière de vaccins pandémiques, a prévenu que les hospitalisations dans le pays avaient commencé à augmenter, ce qui entraînerait probablement davantage d’admissions en soins intensifs et, à terme, davantage de décès.

Toutefois, en Allemagne, le virologue Klaus Stohr a déclaré à la chaîne ZDF que « rien de dramatique ne se produira dans les unités de soins intensifs des hôpitaux ».

Le retour du masque ?

L’ECDC a appelé les pays européens à « rester vigilants » en maintenant les systèmes de test et de surveillance.

« On s’attend à ce que des doses de rappel supplémentaires soient nécessaires pour les groupes les plus à risque de maladie grave, en prévision de futures vagues », ajoute-t-il.

Face à l’augmentation des cas, le gouvernement italien a choisi la semaine dernière de prolonger jusqu’au 30 septembre l’obligation de porter des masques FFP2 de qualité médicale dans les transports publics.

« Je veux continuer à recommander de se protéger en faisant un deuxième rappel », a déclaré le ministre italien de la santé, Roberto Speranza, qui a récemment été testé positif au Covid.

Mme Fischer a déclaré que le taux de vaccination en France était « clairement insuffisant » et qu’une deuxième injection de rappel était nécessaire.

Le gouvernement allemand attend l’avis d’experts le 30 juin pour décider s’il doit réimposer des règles de port de masque obligatoire à l’intérieur.

Le président de l’Association médicale mondiale, le médecin allemand Frank Ulrich Montgomery, a recommandé une « boîte à outils » contre la vague de Covid qui comprend le port du masque, la vaccination et la limitation du nombre de contacts.

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.