30 septembre 2022

Course pour sauver les chefs-d’œuvre de l’art rupestre sous-marin dans le sud de la France

Pour atteindre le seul endroit au monde où des peintures rupestres représentant la vie marine préhistorique ont été découvertes, les archéologues doivent plonger au fond de la Méditerranée, au large du sud de la France.

Ils doivent ensuite emprunter un tunnel naturel de 137 mètres creusé dans la roche, passer par l’entrée de la grotte et émerger dans une immense caverne, dont une grande partie est aujourd’hui submergée.

Trois hommes sont morts en essayant de découvrir ce « Lascaux sous-marin », alors que des rumeurs se répandent sur l’existence d’une grotte comparable à celle du sud-ouest de la France, qui a complètement changé la façon dont nous voyons nos ancêtres de l’âge de pierre.

Lascaux, que Picasso a visitée en 1940, prouve que le besoin de faire de l’art est aussi vieux que l’humanité elle-même.

La vie de l’archéologue Luc Vanrell a changé à la seconde où il a fait surface dans la caverne de Cosquer et a vu ses images stupéfiantes. Aujourd’hui encore, 30 ans plus tard, il se souvient du « choc esthétique ».

Mais la grotte et ses trésors, dont certains remontent à plus de 30 000 ans, sont en grand danger. Le changement climatique et la pollution de l’eau et du plastique menacent de faire disparaître l’art que les hommes et les femmes préhistoriques ont créé pendant 15 millénaires.

Depuis une hausse soudaine de 12 centimètres du niveau de la mer en 2011, Vanrell et ses collègues se sont lancés dans une course contre la montre pour enregistrer tout ce qu’ils peuvent.

Chaque année, le niveau des eaux s’élève de quelques millimètres supplémentaires, grignotant un peu plus les peintures et les gravures anciennes.

Des merveilles préhistoriques

M. Vanrell et les plongeurs-archéologues qu’il dirige doivent travailler de plus en plus vite pour explorer les derniers recoins de la grotte de 2 500 mètres carrés (27 000 pieds carrés) afin de préserver une trace de ses merveilles néolithiques avant qu’elles ne soient perdues.

Une reconstitution presque grandeur nature de la grotte de Cosquer ouvrira cette semaine à Marseille, à quelques kilomètres de là.

L’AFP a rejoint l’équipe de plongeurs au début de l’année alors qu’ils se dépêchaient de terminer la cartographie numérique pour une reconstruction en 3D de la grotte.

Environ 600 signes, images et gravures – dont certaines représentant une vie aquatique jamais vue dans les peintures rupestres – ont été découverts sur les parois de l’immense grotte située à 37 mètres sous les eaux azur des Calanques, à l’est de Marseille.

« Nous avons fantasmé sur le fait de faire remonter la grotte à la surface », a déclaré le plongeur Bertrand Chazaly, qui est chargé de l’opération de numérisation de la grotte.

« Lorsqu’elle sera terminée, notre caverne Cosquer virtuelle – dont la précision est de l’ordre du millimètre – sera indispensable aux chercheurs et aux archéologues qui ne pourront pas y pénétrer physiquement. »

Les mains des enfants

La grotte se trouvait à une « dizaine de kilomètres de la côte » lorsqu’elle était utilisée, a expliqué à l’AFP l’archéologue Michel Olive. « A l’époque, nous étions en pleine période glaciaire et la mer était 135 mètres plus basse » qu’aujourd’hui.

Depuis le bateau de plongée, Olive, chargé d’étudier la grotte, dessine du doigt une vaste plaine où se trouve aujourd’hui la Méditerranée. « L’entrée de la grotte se trouvait sur un petit promontoire orienté vers le sud, au-dessus d’une prairie protégée par des falaises. C’était un endroit extrêmement propice à l’homme préhistorique », dit-il.

Les parois de la grotte montrent que la plaine côtière regorgeait d’animaux sauvages – chevaux, cerfs, bisons, bouquetins, vaches aurochs préhistoriques, antilopes saïga mais aussi phoques, pingouins, poissons et un chat et un ours.

Les 229 figures représentées sur les murs couvrent 13 espèces différentes.

Mais les hommes et les femmes du néolithique ont également laissé une trace d’eux-mêmes sur les murs, avec 69 empreintes de mains rouges ou noires ainsi que trois laissées par erreur, notamment par des enfants.

Et c’est sans compter les centaines de signes géométriques et les huit représentations sexuelles de parties du corps masculin et féminin.

Ce qui est également remarquable dans cette grotte, c’est la durée de son occupation, a déclaré M. Vanrell, « de 33 000 à 18 500 ans ».

La densité de son graphisme place « Cosquer parmi les quatre plus grands sites d’art rupestre du monde, avec Lascaux, Altamira en Espagne et Chauvet », qui se trouve également dans le sud de la France.

« Et comme les parois des grottes qui sont aujourd’hui immergées étaient probablement elles aussi décorées autrefois, rien d’autre en Europe n’est comparable à sa taille », a-t-il ajouté.

Explorer Cosquer est aussi « addictif », insiste l’homme de 62 ans, avec un clin d’œil. « Certaines personnes qui ont travaillé sur le site dépriment si elles ne sont pas descendues depuis un moment. Leur bison préféré leur manque », sourit-il.

Pour Vanrell, plonger en bas est comme un « voyage en soi-même ». L’esprit « du lieu s’infiltre en vous ».

Découverte et mort

Henri Cosquer, un plongeur professionnel qui dirige une école de plongée, a déclaré avoir découvert la grotte par hasard en 1985, à seulement 15 mètres des falaises calcaires dénudées.

Petit à petit, il a osé s’aventurer de plus en plus loin dans une brèche de 137 mètres de long dans la falaise, jusqu’au jour où il est sorti par une cavité creusée par la mer.

« Je suis arrivé dans une grotte plongée dans le noir. Vous êtes trempé, vous sortez de la boue et vous glissez… Il m’a fallu plusieurs voyages pour en faire le tour », a-t-il raconté à l’AFP.

« Au début, je n’ai rien vu avec ma lampe et puis je suis tombé sur une empreinte de main », a précisé le plongeur.

Alors que la loi impose de déclarer immédiatement de telles découvertes aux autorités afin qu’elles soient préservées, Cosquer a gardé la nouvelle pour lui et quelques amis proches.

« La grotte n’appartenait à personne. Lorsque vous trouvez un bon endroit pour les champignons, vous n’en parlez pas à tout le monde, n’est-ce pas ? », a-t-il déclaré.

Mais la rumeur de ce Lascaux aquatique a attiré d’autres plongeurs et trois sont morts dans le tunnel menant à la grotte. Marqué par ces tragédies, Cosquer a reconnu sa découverte en 1991. La grotte qui porte son nom est désormais fermée par une balustrade. Seules les équipes scientifiques sont autorisées à y pénétrer.

Depuis, des dizaines de missions de recherche archéologique ont été menées pour étudier et préserver le site et inventorier les peintures et les gravures. Mais les ressources ont commencé à s’épuiser avec la découverte de Chauvet, beaucoup plus facile d’accès, dans l’Ardèche en 1994.

Les dégâts du changement climatique

Ce n’est qu’en 2011 que les choses ont commencé à changer, lorsque Olive et Vanrell ont tiré la sonnette d’alarme après que l’élévation rapide du niveau de la mer a entraîné des dommages irréparables sur certaines images.

« C’était une catastrophe, et cela nous a vraiment secoués psychologiquement », se souvient Vanrell, notamment les énormes dégâts subis par les dessins de chevaux.

« Toutes les données montrent que le niveau de la mer monte de plus en plus vite », a déclaré la géologue Stéphanie Touron, spécialiste des grottes peintes préhistoriques au laboratoire de recherche des monuments historiques de France.

« La mer monte et descend dans la cavité au gré des variations climatiques, lessivant les parois et lessivant la terre et les matériaux riches en informations », a-t-elle précisé.

La pollution par les microplastiques aggrave encore les dommages subis par les peintures.

Face à cette menace existentielle, le gouvernement français a lancé une grande campagne d’enregistrement de la caverne. L’archéologue Cyril Montoya est chargé de mieux comprendre les communautés préhistoriques qui l’ont utilisée.

Mystères

L’un des mystères que son équipe et lui tenteront de résoudre est la trace de tissu sur la paroi de la grotte, qui pourrait confirmer une théorie selon laquelle les chasseurs-cueilleurs fabriquaient des vêtements à l’époque où la grotte était occupée.

Les images des chevaux à longue crinière soulèvent également une autre question majeure. M. Vanrell pense que cela pourrait indiquer qu’ils étaient peut-être déjà domestiqués, du moins en partie, puisque les chevaux sauvages ont des crinières plus courtes, taillées en galopant à travers les buissons et la végétation. Un dessin de ce qui pourrait être un harnais pourrait conforter sa théorie.

Les zones préservées sous une couche de calcite translucide montrent également des « restes de charbon », estime Montoya, qui auraient pu être utilisés pour la peinture, le chauffage ou l’éclairage. Il se peut même qu’ils aient brûlé le charbon au sommet des stalagmites, les transformant en « lampes pour éclairer la caverne ».

Mais la question centrale de savoir à quoi servait la grotte reste une énigme, a admis M. Olive.

Si les archéologues s’accordent à dire que les gens n’y vivaient pas, Olive a déclaré que certains pensent qu’il s’agissait d’un « sanctuaire, ou d’un lieu de rencontre, ou encore d’un endroit où l’on extrayait le lait de lune, la substance blanche sur les parois (calcaires) des grottes qui était utilisée pour la peinture corporelle et comme fond pour les peintures et les sculptures ».

Réplique

L’idée de faire une réplique du site a été évoquée peu après la découverte de la grotte. Mais ce n’est qu’en 2016 que le gouvernement régional a décidé qu’elle serait installée dans un bâtiment moderne rénové à Marseille, à côté du Mucem, le musée des civilisations européennes et méditerranéennes, à l’entrée du Vieux-Port de la ville.

En utilisant les données 3D recueillies par les équipes archéologiques, la réplique de 23 millions d’euros (24 millions de dollars) est légèrement plus petite que la grotte originale, mais comprend des copies de toutes les peintures et de 90 % des sculptures, a déclaré Laurent Delbos de Klebert Rossillon, la société qui a copié la grotte Chauvet en 2015.

L’artiste Gilles Tosello est l’un des artisans qui a copié les peintures en utilisant le même charbon de bois et les mêmes outils que ses ancêtres de l’âge de pierre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.