25 septembre 2022
Comment travailler dans une équipe internationale ?

Comment travailler dans une équipe internationale ?

Avant même que la pandémie ne remodèle notre monde, la façon dont nous travaillons était fondamentalement modifiée par la technologie.

Le changement le plus important est peut-être le suivant : pour la première fois, nombre d’entre nous travaillent à distance au sein d’équipes qui traversent non seulement les fuseaux horaires, mais aussi les frontières internationales.

Cela a des conséquences importantes, notamment sur la façon dont les dirigeants gèrent leurs équipes. Comment s’assurer que vous êtes en contact avec votre équipe et que vous identifiez correctement ses besoins et ses défis ? Comment motiver chaque individu – comme un leader plutôt qu’un patron – lorsque vous ne partagez pas d’espace physique avec lui ?

En collaboration avec l’institut de leadership mobile, Valar, nous avons identifié les idées clés que toute personne dirigeant une équipe en 2022 doit comprendre.

Un vaste monde de leaders

Si chacun a sa propre idée de ce qui fait un bon leader, il existe aussi des perceptions communes des qualités de leadership dans différentes cultures.

Il suffit d’observer les différentes perceptions d’un bon leader en Europe occidentale pour comprendre à quel point les styles de leadership peuvent varier d’un pays à l’autre.

En Allemagne, par exemple, une étude menée auprès de centaines de cadres moyens a identifié un ensemble de qualités communes définissant un bon leader. Il s’agit notamment d’une forte concentration sur les performances, d’une participation élevée au sein de leurs équipes et de l’octroi d’une autonomie, en fonction des résultats. En d’autres termes, un bon leader allemand est perçu comme travaillant aux côtés de son équipe, offrant de la flexibilité tant que les performances sont bonnes. Le pragmatisme, surtout, est considéré comme une qualité de leadership idéale.

En revanche, une étude a montré que la vision italienne du leadership était caractérisée par une forte « distance de pouvoir » : l’autorité suprême vient d’en haut et est acceptée par les équipes. Le charisme personnel est davantage valorisé, et les comportements ou les activités qui pourraient exposer le leader à l’échec sont évités. L’incertitude n’est pas acceptée et, historiquement, la masculinité peut être perçue comme un attribut prisé. La force est ce que les travailleurs italiens considèrent comme le fondement du leadership.

Aux Pays-Bas, l’idée d’un leader fort et charismatique qui exerce son pouvoir vers le bas est évitée, pour un certain nombre de raisons historiques. Les Néerlandais considèrent que les bons dirigeants sont ceux qui sont là pour soutenir et motiver leurs travailleurs afin d’obtenir des performances efficaces. Ils sont plus des organisateurs et des gestionnaires de projets que des capitaines qui « dirigent le navire ».

Plus on avance dans le monde, plus on rencontre de variations. La perception chinoise d’un bon leader est fondée sur la déférence envers la supériorité et l’âge, alors que le leadership que l’on trouve sur la majeure partie du continent africain est davantage axé sur des principes humanistes, par exemple.

Qu’est-ce que cela signifie pour quiconque dirige une équipe internationale ? Essentiellement, cela signifie qu’un seul style de leadership ne sera pas efficace pour gérer tout le monde. Ces différences culturelles signifient que les membres de votre équipe ne réagiront pas de la même manière, à la même approche, ce qui entraînera des incertitudes et des malentendus.

Une solide connaissance des principes de base d’un leadership international efficace et de la communication interculturelle est absolument essentielle pour créer un environnement de travail qui englobe toutes les notions de leadership – un objectif spécifique du programme Valar.

L’importance croissante des « soft skills » (compétences générales)

Le programme Valar met également l’accent sur l’application du leadership à travers et grâce aux « soft skills », des qualités telles que la fiabilité, la résilience et la capacité de négociation, qui peuvent toutes s’apprendre. À mesure que le lieu de travail devient plus connecté et que de nombreuses tâches sont automatisées, ce sont ces compétences qui deviendront « l’avenir du travail ». Lorsque les compétences techniques deviendront largement obsolètes en raison du progrès technologique, c’est la capacité à travailler efficacement avec les autres qui s’avérera plus utile.

Le moyen le plus efficace de développer ces « soft skills » est de les mettre en pratique au sein d’équipes. Cela exige un degré élevé de compétences en communication et de dévouement, et une industrie artisanale de formateurs a vu le jour ces dernières années pour transmettre ces compétences.

Ce qui distingue Valar, c’est son programme axé sur le mobile et construit autour de l’étude et de l’analyse de situations professionnelles réelles. Les étudiants de Valar sont encouragés non seulement à s’inspirer de leurs propres expériences pour résoudre des scénarios, mais aussi à en discuter avec leurs collègues, en recherchant d’autres perspectives.

Le premier pas vers le leadership

Pour ceux qui souhaitent devenir les leaders efficaces de demain sur le lieu de travail, en gérant de vastes équipes internationales dans le monde entier, l’éducation est la voie à suivre.

L’Institut Valar est une division de Quantic School of Business and Technology, une école supérieure hautement sélective dont le réseau d’étudiants et d’anciens élèves compte plus de 15 000 personnes. Le MBA en gestion et leadership et l’Executive MBA en leadership stratégique de Valar offrent aux étoiles montantes et aux professionnels chevronnés une formation de pointe pour les aider à faire face aux complexités d’une main-d’œuvre plus éloignée et internationale.

Non seulement Valar offre un enseignement exceptionnel qui s’appuie sur les dernières recherches en matière de leadership, mais la matière est proposée d’une manière qui complète votre carrière – en tant que programme mobile, il est intrinsèquement flexible et conçu pour les personnes occupées. Construit sur la même plateforme que Quantic, il utilise les mêmes stratégies d’apprentissage éprouvées pour vous guider à travers le programme complet en moins d’un an, en s’adaptant à votre emploi du temps.

Les participants à Valar seront également exposés à un monde de nouvelles perspectives par le biais de leurs réseaux d’anciens élèves, qui renforcent les apprentissages clés effectués pendant le cours. Des conférences et des événements de mise en réseau facultatifs renforcent en outre les compétences en matière de collaboration et de communication.

À l’heure où notre mode de travail évolue fondamentalement et où la gestion des équipes fait l’objet d’un examen plus approfondi que jamais, il n’y a jamais eu de meilleur moment pour apprendre à diriger.

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.