Radio Maritima Voyage Comment les touristes américains ont redécouvert leur amour pour la France ?

Comment les touristes américains ont redécouvert leur amour pour la France ?

Comment les touristes américains ont redécouvert leur amour pour la France

Comment les touristes américains ont redécouvert leur amour pour la France

C’est le premier été sans restrictions de voyage et de santé depuis le début de la pandémie et les Américains retournent en France en masse.

Si vous vous êtes promené dans les rues de Paris, ou peut-être même dans certains villages pittoresques de Provence, vous avez peut-être entendu une augmentation notable du nombre d’accents américains.

C’est le premier été depuis le début de la pandémie de Covid-19 sans restrictions sanitaires ou de voyage strictes et les voyageurs américains se dirigent vers l’autre côté de l’étang pour profiter de leur capacité à manger des croissants et à apprécier la Tour Eiffel une fois de plus.

Alors que le tourisme en général a explosé en Europe, en France spécifiquement, l’industrie atteint et même dépasse les niveaux pré-pandémie. Le revenu par chambre des hôtels français est plus élevé qu’en 2019, et la Tour Eiffel accueille à nouveau 24 000 personnes par jour, soit le même niveau de fréquentation que la Dame de fer avant l’épidémie de Covid-19.

Et les visiteurs américains en particulier reviennent en France par milliers.

Fin mai, les voyages des États-Unis vers l’Europe ont connu une augmentation de 1003 % par rapport à avril 2021, ce qui s’est certainement reflété en France, qui est la deuxième destination préférée des Américains en Europe après l’Italie.

En fait, les touristes américains représentent le plus grand groupe de touristes à revenir en France, soit environ 12,7 % des touristes étrangers en 2022 – plus du double des touristes britanniques qui ne représentent que 5,8 %.

En prévision d’un été rempli d’Américains, Air France a même augmenté sa capacité de vols à destination et en provenance des États-Unis. Cet été, la compagnie assure près de 200 vols hebdomadaires vers 14 destinations aux États-Unis, soit 20 % de plus qu’en 2019, avant le début de la pandémie.

Et les Américains ne se rendent pas à Paris, la capitale de la France. Une nouvelle enquête montre qu’ils se dirigent beaucoup plus loin en France.

Les destinations côtières telles que Nice, Marseille et Bordeaux ont gagné en popularité auprès des visiteurs américains. Par rapport à 2019, Nice a connu une augmentation de 182 % des réservations de billets, et Marseille a également connu une forte augmentation de 128 %.

Outre Paris et les côtes, les Américains se rendraient également dans les villes d’Avignon, Lyon, Aix-en-Provence et Reims, ainsi qu’à Giverny, près de Paris.

Le train à travers la France

Les visiteurs américains présents en France cette année ont choisi le train comme moyen de transport privilégié. Dans toute l’Europe, les lignes de train ont accueilli en moyenne 50 % de touristes américains de plus que les années précédentes.

Selon Trainline, la SNCF, la société nationale des chemins de fer français, a vu les achats de billets par les touristes américains augmenter de 93 % par rapport aux niveaux d’avant la pandémie, et l’industrie ferroviaire se félicite de cette augmentation des achats de billets : « Ces chiffres sont une excellente nouvelle pour l’industrie ferroviaire en France et en Europe », a déclaré à BFMTV Christopher Michau, le directeur des relations avec les partenaires européens de Trainline.

« Toutes les destinations touristiques du pays doivent se préparer à un afflux de visiteurs américains cet été, car les réservations sont 14 fois plus élevées en France qu’il y a un an à la même époque », a prévenu Christopher Michau.

Pourquoi prendre le train ? M. Michau estime qu’il est probable que cela soit dû à une meilleure compréhension des restrictions de voyage liées à la Covid-19, mais surtout à un « désir de voyager de manière plus durable. »

Alors que les Américains ne sont pas connus pour prendre de longues vacances, cet été, les touristes américains passent en moyenne une dizaine de jours en France. Et pendant qu’ils sont là, ils dépensent beaucoup.

Dans une enquête menée auprès de touristes étrangers visitant la France, les Américains sont arrivés en tête pour leur budget de dépenses quotidiennes pendant leurs vacances. L’Américain moyen consacre environ 400 € par jour en France, pour une facture totale moyenne de 7 650 € (qui comprend le coût du vol aller-retour aux États-Unis).

On peut dire que ces dépenses sont importantes pour le secteur du tourisme en France, qui, avant la pandémie (en 2019), représentait 7,4 % du PIB du pays et 9,5 % du total des emplois.

Les touristes américains revêtent une importance particulière, car ils représentent le premier marché émetteur « long-courrier » de la France, et Air France considère les États-Unis comme sa première destination long-courrier.

Cependant, si la France a reçu, à l’époque pré-pandémique, des flux importants de touristes étrangers, le pays a toujours disposé d’une offre régulière de touristes nationaux.

Au cours du premier semestre 2022, les touristes étrangers ont représenté 79,9 % du flux de voyageurs, mais 21,1 % étaient des touristes français.

Pas que du soleil et des arcs-en-ciel

Même si les Américains reviennent en masse en France, les voyages ne se font pas sans heurts ni maux de tête pour certains.

Avant le début de la saison des vacances d’été, les compagnies aériennes et les aéroports faisaient déjà état d’une grave pénurie de personnel après près de deux ans de coupures dues à la pandémie. En plus du manque de personnel, les voyages aériens et ferroviaires ont été affectés par des grèves, les travailleurs cherchant à obtenir des augmentations de salaire.

Le temps d’attente dans les aéroports a considérablement augmenté, et les annulations de vols sont plus fréquentes, ce qui rend cet été compliqué pour les voyages. Air France a annulé plus de 10 % de ses vols court et moyen-courriers à Charles de Gaulle le premier week-end de juillet, juste en prévision de la grève, et le groupe Aéroports de Paris a demandé instamment aux passeports d’arriver « trois heures (avant le décollage prévu) pour un vol international, deux heures pour un vol intérieur ou européen ». Entre-temps, la haute saison des voyages n’a pas encore commencé, elle commence généralement lorsque les écoles en France se séparent pour les vacances d’été, soit le 7 juillet cette année.

Outre les complications liées aux voyages, la pandémie de Covid-19 n’est malheureusement pas encore terminée. Les cas sont à nouveau en augmentation dans toute l’Europe et, en France, les nouvelles variantes représentent déjà plus de 75 % des cas. Le pays enregistre une moyenne de 100 000 nouveaux cas de Covid-19 par jour, le pic de la septième vague n’étant pas attendu avant la fin juillet.

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Quitter la version mobile