3 décembre 2022
ANALYSE : Pourquoi la France est confrontée à une grave pénurie de travailleurs cet été ?

ANALYSE : Pourquoi la France est confrontée à une grave pénurie de travailleurs cet été ?

Les entreprises et les syndicats français préviennent que la pénurie de main-d’œuvre entraînera des problèmes majeurs dans plusieurs secteurs cet été – voici un aperçu des domaines concernés et de la cause profonde de ces pénuries.

Des chantiers de construction aux cafés, des bus aux hôpitaux, la pénurie de travailleurs se fait déjà sentir en France et les entreprises et les syndicats ont averti qu’elle risquait de s’aggraver.

Le secteur de la restauration et de l’hôtellerie

Le secteur de l’hôtellerie et de la restauration a perdu plus de 237 000 salariés entre février 2020 et février 2021, et il y a actuellement plus de 200 000 postes à pourvoir dans la restauration en France. La majorité de ces emplois se trouvent en cuisine, mais le secteur dans son ensemble peine à attirer des travailleurs.

Pourquoi cette pénurie ?

En raison des lockdowns et des fermetures répétées de bars et de restaurants, le personnel d’accueil a enduré des mois de chômage technique en 2020 et 2021. Au moment de la réouverture des bars et des cafés, beaucoup avaient trouvé du travail dans d’autres secteurs et sont réticents à revenir.

Les longues heures de travail, les horaires antisociaux et les salaires insuffisants sont généralement accusés de rendre le secteur de l’hôtellerie et de la restauration peu attrayant pour les travailleurs. L’actuel Premier ministre français – l’ancienne ministre du travail, Elisabeth Borne, s’en est fait l’écho en déclarant à France Inter que la rémunération n’était « pas à la hauteur » pour ce secteur.

Des efforts ont été faits pour relancer le secteur, comme une augmentation des salaires de 16 %.

Plus d’un dixième du nombre total de travailleurs de l’hôtellerie en France, soit entre 100 000 et 140 000 employés, ont changé d’emploi depuis le premier verrouillage, selon l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie.

« Beaucoup se tournent vers la logistique, le bâtiment ou la vente », explique à Ouest France Guillaume Lafolla, spécialiste du site emploi chez Bruce.

L’organisme explique ces « reconversions » par une évolution vers des postes moins « sacrifiés », c’est-à-dire où les salariés peuvent profiter de leurs soirées et week-ends pour le même salaire. De plus, les travailleurs de ce secteur pourraient être avantagés pour réorienter leur carrière, car beaucoup d’entre eux, selon M. Lafolla, ont des compétences en langues étrangères.

Conducteurs de bus

En prévision de la rentrée scolaire de septembre, les inquiétudes sont grandes concernant les chauffeurs de bus scolaires.

« Toutes les régions sont concernées, et ce sera pire en 2022 qu’en 2021, ce qui était déjà compliqué », a déclaré Ingrid Mareschal, déléguée générale de la FNTV (Fédération nationale des transports de voyageurs), à BFMTV Business.

L’année dernière, il manquait déjà 10 000 chauffeurs.

« La situation se dégrade d’année en année. Cela fait 10 ans que nous avons une pénurie structurelle, mais la situation est devenue encore plus tendue », a expliqué M. Marschal, citant la crise du Covid comme raison de la perte de 3,4 % des employés.

Pourquoi cette pénurie ?

Contrairement aux transports publics, les bus scolaires n’ont pas fonctionné lors du premier lockdown, ce qui a poussé de nombreux employés à démissionner, préférant envisager d’autres carrières plutôt que d’être mis au chômage technique.

Parallèlement, un nombre important d’employés ont pris leur retraite et le secteur n’a pas eu la tâche facile pour attirer des remplaçants.

« Ce sont des emplois à temps partiel avec un service tôt le matin et tard le soir, soit environ 4 heures de travail par jour. Les salaires sont donc mécaniquement bas, et 40 % des contrats sont à temps partiel », ajoute M. Mareschal.

Pour tenter de régler le problème, le gouvernement a publié le 2 mai 2021 un décret abaissant de 21 à 18 ans l’âge d’accès au permis D nécessaire aux conducteurs de bus.

Travailleurs de la construction

Bien que le secteur de la construction connaisse une sorte de boom, les obstacles au recrutement sont considérables.

Selon une enquête de Pôle emploi, environ 300 000 offres d’emploi n’ont pas été pourvues cette année, les raisons les plus fréquentes de la pénurie de candidats étant le manque de formation et d’expérience.

Pourquoi cette pénurie ?

Avant la pandémie, le secteur était lent à embaucher, inquiet de l’incertitude économique et ne voulant pas prendre de risques avec l’embauche si les volumes de projets étaient incertains. L’embauche rapide est toujours un défi, car la construction exige des compétences spécifiques et il y a un manque de candidats qualifiés.

Des voix s’élèvent pour réclamer la mise en place de programmes d’apprentissage plus nombreux pour les métiers, et plus particulièrement de programmes qui « font correspondre l’apprentissage aux besoins de l’entreprise ».

Travailleurs saisonniers

Alors que vous planifiez vos vacances d’été, vous avez peut-être vu des titres comme celui de SudOuest qui annonçait récemment « Il manque 300 000 employés » pour la prochaine saison estivale.

Il ne s’agit pas d’un problème spécifique à la France : de nombreux pays européens ont du mal à trouver des travailleurs saisonniers, que ce soit pour la récolte des fruits ou pour les camps de vacances.

Le numéro un du secteur des campings français, avec 172 sites, illustre ce phénomène. Le groupe familial Capfun manque actuellement d’environ 20 % de ses effectifs pour la haute saison estivale, a expliqué aux Echos Nicolas Houé, directeur général. Cela signifie que sa seule entreprise manque de « 500 à 600 personnes ».

Le président de la branche saisonnière de l’Umih, Thierry Grégoire, a déclaré au quotidien français Le Parisien qu’il existe des propositions d’augmentation des salaires « entre 6 et 8,5 %, voire 9 % » pour surmonter les difficultés de recrutement dans l’ensemble du secteur de l’hôtellerie.

La profession envisage de recruter davantage de travailleurs étrangers, notamment en Tunisie.

Pourquoi cette pénurie ?

Elle semble liée à la pandémie, les voyages ayant été fortement limités ces deux dernières années, de nombreux travailleurs saisonniers – ayant perdu deux années de travail – ont trouvé un autre emploi.

Les employeurs évoquent également une concurrence acharnée entre les industries saisonnières, notamment sur le plan géographique. Certains sites de montagne ont signalé qu’ils fermaient plus tôt que d’habitude, les touristes et les travailleurs affluant vers les côtes.

Les industries saisonnières en France qui comptaient auparavant sur les travailleurs britanniques – comme les camps de vacances et l’industrie du ski – doivent également faire face à des problèmes de visas et de permis de travail depuis le Brexit.

Travailleurs de la santé

Enfin, et c’est peut-être le point le plus important, il y a la pénurie de professionnels de la santé.

En 2021, 20 % des lits d’hôpitaux en France ont été contraints de fermer en raison d’un manque de personnel.

Les hôpitaux publics sont principalement touchés, mais la pénurie s’étend aux soins à domicile et à une pénurie plus large avec le recrutement d’infirmières et d’aides-soignantes dans tout le secteur.

Le recrutement d’aides à domicile et d’aides ménagères pose un problème particulier.

Frédérique Bérard, directrice nationale des services infirmiers du groupe Avec, qui fournit des aides à domicile, a expliqué à Franceinfo que le problème de pénurie de personnel s’est aggravé : « Cela s’est aggravé ces derniers mois, nous avons de plus en plus de difficultés à recruter. Le métier n’est plus attractif. »

Le Premier ministre Elisabeth Borne a récemment inscrit la santé comme la « deuxième urgence » à gérer, avec l’inflation et le changement climatique. Elle a promis d’apporter des « mesures efficaces » dans les prochaines semaines.

Cette pénurie est particulièrement préoccupante pour l’été, avec un coup de projecteur sur les services d’urgence qui manqueront cruellement de personnel, comme le montre la carte ci-dessous :

Actuellement, 120 services d’urgence ont déjà été contraints de limiter leurs activités ou s’apprêtent à le faire, en raison d’un manque de personnel médical, selon l’association Samu-Urgences de France (SUdF). Cela représente près de 20 % des 620 établissements – publics et privés – accueillant un ou plusieurs services d’urgence en France.

Pourquoi la pénurie

Certaines des pénuries de personnel survenues en 2021 étaient liées à la pandémie, car les professionnels de la santé étaient plus susceptibles d’attraper le Covid et de devoir ensuite s’absenter. Certains membres du personnel ont également quitté la profession après que la vaccination contre le Covid soit devenue obligatoire.

Mais les professionnels de la santé citent également les longues heures de travail, l’épuisement, le manque de reconnaissance, l’épuisement général lié à la pandémie et les bas salaires : 1 500 euros bruts par mois pour les agents hospitaliers, et environ 2 100 euros pour les infirmières.

Comme d’autres industries, le secteur de la santé tente d’augmenter les salaires pour attirer les jeunes diplômés – par exemple, le groupe Avec offre une prime d’embauche de 500 €, tandis que le gouvernement a accordé plusieurs primes de 500 et 1 000 € aux travailleurs du secteur de la santé pendant la pandémie.

À l’instar de l’industrie de la construction, il y a de l’espoir pour la mise en place de programmes d’apprentissage, et le ministère de la santé fait également pression pour que des milliers d’autres accords de travail-étude soient conclus pour les étudiants dans les professions de santé.

Et le gouvernement fait preuve de créativité dans sa publicité :

YouTube player

Contexte général

Pour plusieurs de ces secteurs, le mécontentement de longue date à l’égard des bas salaires et des mauvaises conditions de travail a été mis en évidence par la pandémie, les lockdowns et les fermetures, tandis que les restrictions de voyage ont également affecté l’emploi.

Le chômage global en France est en baisse constante, ce qui signifie que les employés peuvent se permettre d’être plus sélectifs quant aux secteurs dans lesquels ils travaillent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *