25 septembre 2022
Comment l'Europe compte-t-elle économiser de l'énergie et passer l'hiver sans pannes d'électricité ?

Air conditionné, cravates et lumières : Comment l’Europe compte-t-elle économiser de l’énergie et passer l’hiver sans pannes d’électricité ?

Face à l’éventualité d’une pénurie d’énergie due à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les pays européens prennent des mesures pour réduire leur consommation d’énergie et faire en sorte que les lumières restent allumées cet hiver. Voici un aperçu de certaines des règles et recommandations que les gouvernements mettent en place.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie et les sanctions qui en ont découlé ont fait grimper en flèche les prix de l’énergie, tandis que le dirigeant russe menace également de couper l’approvisionnement en gaz de l’Occident en représailles aux sanctions.

Tout cela signifie que les pays d’Europe sont confrontés à un hiver difficile et à la perspective de pénuries d’énergie. C’est pourquoi beaucoup prennent déjà des mesures pour stocker du gaz et réduire la consommation d’énergie.

Voici un tour d’horizon des mesures prises.

Allemagne

Fortement dépendante du gaz russe, l’Allemagne ressent déjà les effets de la pénurie d’énergie. De nombreux ménages et entreprises baissent le thermostat ou tamisent les lumières car les installations de stockage de gaz se remplissent plus lentement.

Règles – Au début du mois de juillet, la chambre basse du parlement allemand, ou Bundestag, a adopté un plan visant à couper l’eau chaude dans les bureaux et à maintenir la température de l’air à 20 °C maximum en hiver. Cette limite est simplement recommandée pour les ménages.

Toutefois, les propriétaires ne seront pas autorisés à chauffer leurs piscines privées au gaz « cet hiver », selon les plans du gouvernement, tandis qu’un règlement exigeant des températures minimales dans les logements loués devrait être suspendu « afin que les locataires qui veulent économiser de l’énergie et baisser le chauffage soient autorisés à le faire ».

Outre les règles nationales, de nombreuses villes allemandes ont également adopté leurs propres plans d’économie d’énergie.

La ville bavaroise d’Augsbourg, par exemple, a éteint ses fontaines, assombri les façades des bâtiments publics la nuit et envisage d’éteindre certains feux de signalisation sous-utilisés. Une coopérative de logement de Dresde a fait la une des journaux en annonçant qu’elle limiterait l’eau chaude à certaines heures de la journée.

À quelques exceptions près, les bâtiments publics de Berlin n’auront pas de chauffage d’avril à fin septembre chaque année, la température des pièces étant limitée à un maximum de 20 °C le reste de l’année. Dans les zones telles que les entrepôts, les salles techniques, les couloirs, le maximum sera de 10 à 15C.

Les entreprises privées ne sont pas en reste : Vonovia, le plus grand groupe immobilier d’Allemagne, prévoit de limiter la température de ses 350 000 logements à un maximum de 17 °C la nuit.

Le directeur du groupe chimique Henkel a déclaré que le travail à domicile pourrait être réintroduit, tandis que le géant BASF a évoqué la possibilité de mettre ses employés au chômage technique.

Recommandations – Le ministre de l’économie Robert Habeck a fait la une des journaux pour avoir vanté les mérites de douches plus courtes et plus froides.

France

La France a un plan ambitieux pour réduire sa consommation d’énergie de 10 % d’ici deux ans et un plan gouvernemental pour la sobriété énergétique est attendu pour septembre.

En attendant, certaines règles ont déjà été mises en place et il existe également des recommandations officielles. Le principe général est que les changements seront obligatoires pour les bâtiments publics et les entreprises, mais volontaires pour les ménages privés.

Règles – En 2013, une loi obligeant les entreprises à éteindre les lumières extérieures avant 1 heure du matin est entrée en vigueur. Cette échéance pourrait être avancée et les villes et villages pourraient devoir éteindre les lampadaires plus tôt – certaines régions ont déjà pris cette décision.

Les magasins qui disposent d’un système de climatisation ne doivent pas laisser leurs portes ouvertes, afin de réduire les pertes d’énergie.

Des limites ont été suggérées pour le chauffage et l’air conditionné – maintenir le chauffage à un maximum de 19°C et l’air conditionné à un minimum de 26°C au plus fort de l’été. Le Premier ministre dit qu’elle « attend » des bâtiments publics qu’ils montrent l’exemple et respectent ces limites, mais que les ménages sont libres de les appliquer.

Dans le même temps, les directeurs des grandes chaînes de supermarchés en France ont conclu un accord volontaire pour que tous les magasins utilisent des techniques d’économie d’énergie, telles que l’extinction des panneaux électriques à la fermeture, la réduction de l’éclairage et la gestion des températures des magasins, à partir du 15 octobre de cette année. Ils réduiront également l’éclairage de moitié avant l’ouverture, et de 30 % pendant les « périodes de consommation critiques ».

En outre, ils « couperont le renouvellement de l’air la nuit » et « abaisseront la température des points de vente à 17°C cet automne et cet hiver, si une autorité réglementaire le demande ».

Recommandations – Le gouvernement a exhorté les particuliers à adopter des pratiques d’économie d’énergie – en éteignant les routeurs wifi lorsqu’ils sont en vacances, en éteignant les lumières, en débranchant les appareils électriques lorsqu’ils ne sont pas utilisés et en baissant la climatisation.

La ministre française de la transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a invité les citoyens à limiter la température du chauffage à 19°C et celle de la climatisation à 26°C au plus fort de l’été.

Espagne

L’Espagne a introduit ce qui est peut-être le plus vaste ensemble de règles dans son nouveau projet de loi sur les économies d’énergie, qui entrera en vigueur le 10 août.

Les bâtiments publics ainsi que les magasins, les restaurants, les cafés, les supermarchés, les centres de transport et les espaces culturels doivent :

Régler les températures de chauffage et de refroidissement à des limites de 19C et 27C respectivement ;
Installer des portes qui se ferment automatiquement d’ici le 30 septembre pour éviter le gaspillage d’énergie, comme cela peut se produire avec des portes ordinaires laissées ouvertes ;
Les lumières des vitrines doivent être éteintes avant 22 heures ;
Des affiches doivent être apposées pour expliquer les mesures d’économie d’énergie dans chaque bâtiment ou établissement, et des thermomètres doivent être affichés pour indiquer la température et l’humidité de la pièce.

Recommandations – les règles ci-dessus ne s’appliquent pas aux habitations privées, mais il est recommandé de respecter les limites de chauffage et de climatisation.

Parallèlement, le travail à domicile est recommandé pour les grandes entreprises et les bâtiments de l’administration publique afin d’aider à « économiser sur le déplacement et la consommation thermique des bâtiments », a déclaré la ministre espagnole de la transition écologique, Teresa Ribera.

Et avez-vous pensé à votre tenue ? Voici le Premier ministre Pedro Sánchez qui explique pourquoi il abandonne sa cravate pour rester un peu plus cool.

Italie

En avril dernier, le gouvernement italien a approuvé la limitation de l’utilisation de la climatisation dans les bureaux publics et les écoles à partir du 1er mai, afin d’économiser l’énergie et de se passer des importations de gaz russe.

À l’époque, les ministres ont déclaré que l’Italie serait en mesure de mettre fin à sa dépendance à l’égard du gaz russe dans un délai de 18 mois, après avoir donné un délai d’au moins deux ans.

Règles – Dans les bâtiments publics, la consommation d’énergie sera mesurée dans les pièces individuelles de chaque bâtiment – la température ne doit pas dépasser 19C en hiver et ne peut être inférieure à 27C en été, avec une marge de tolérance de deux degrés – ce qui signifie que la température la plus basse autorisée est en fait de 25C.

Les amendes prévues en cas de non-respect des règles vont de 500 à 3 000 euros. La mesure ne s’applique pas actuellement aux cliniques, aux hôpitaux et aux maisons de retraite.

L’Italie a depuis longtemps mis en place des règles limitant l’utilisation du chauffage dans les foyers et les bâtiments publics en hiver. Les régions septentrionales et montagneuses sont autorisées à allumer le chauffage en octobre, tandis que certaines parties du sud ne peuvent pas le faire avant décembre.

Même à ce moment-là, il y a des limites à la durée pendant laquelle vous pouvez laisser le chauffage central allumé chaque jour, allant de six heures dans les régions les plus chaudes du pays à 14 heures dans les régions plus froides.

Il existe également des règles concernant les températures maximales : les maisons privées, les bureaux et les écoles ne doivent pas être chauffés à plus de 20°C, avec une tolérance de 2°C. Quant aux usines et aux ateliers, ils doivent généralement être maintenus à 18 °C.

Autriche

Le gouvernement autrichien a déclaré qu’il allait travailler sur des mesures visant à encourager les économies d’énergie parmi les ménages et les entreprises tout en plafonnant les prix de l’électricité.

L’objectif est de « soutenir la population autrichienne afin de garantir un approvisionnement énergétique inabordable pour un certain besoin de base », selon une déclaration du gouvernement.

Le gouvernement n’a pas donné de détails sur le plafonnement des prix mais a déclaré que les conditions seraient élaborées d’ici la fin du mois d’août.

Suède

La Suède n’a annoncé aucune nouvelle mesure en réponse à la crise énergétique, mais a déjà mis en place certaines limites.

De nombreux immeubles à appartements et coopératives d’habitation suédois ont une limite stricte de chauffage maximum de 21C à l’intérieur et dans certains bâtiments, les radiateurs sont équipés d’un limiteur afin qu’ils ne puissent pas être tournés trop haut.

Au Danemark également, le gouvernement n’a pas introduit de nouvelles mesures spécifiques.

Suisse

À l’instar d’autres pays, la Suisse risque de connaître une pénurie de gaz cet hiver et le gouvernement a prévenu que des restrictions de la consommation pendant les mois les plus froids ne sont pas à exclure.

Près de la moitié de son approvisionnement annuel est d’origine russe. « Nous ne sommes pas une île, donc la guerre en Ukraine et la crise énergétique mondiale touchent aussi la Suisse », a déclaré fin juin la ministre de l’énergie Simonetta Sommaruga. « Dans ce contexte, il n’y a aucune certitude sur ce qui nous attend ».

La possibilité que les ménages suisses doivent baisser le thermostat cet hiver est bien réelle.

En cas de pénurie effective, « des restrictions de consommation pourront être ordonnées, par exemple des restrictions sur le chauffage des bâtiments inoccupés. Le passage au biocarburant pourrait être imposé par ordonnance », a indiqué le ministre de l’économie Guy Parmelin.

Si les pénuries persistent, un système de quotas serait mis en place – les ménages et les services essentiels, comme les hôpitaux, étant les derniers à être touchés.

Mais M. Parmelin a insisté : « le rôle de l’État est de garantir un bon approvisionnement du pays en gaz et en électricité. Nous voulons à tout prix éviter une rupture d’approvisionnement, qui aurait un fort impact sur les entreprises et conduirait alors à une crise économique ».

ROYAUME-UNI

Moins dépendant du gaz russe en raison de ses propres réserves de gaz, le Royaume-Uni est actuellement moins préoccupé par l’approvisionnement que par le prix – la flambée des factures d’électricité pourrait plonger de nombreux ménages dans la pauvreté cet hiver, ont averti des militants.

Les ménages britanniques commenceront à bénéficier d’une réduction d’une valeur totale de 400 £ (478 €) sur leurs factures d’énergie à partir d’octobre, a déclaré le gouvernement britannique, le programme d’aide atteignant 1 200 £ (1 430 €) pour les ménages les plus pauvres.

Selon un récent rapport de National Grid, il y a peu de chances que les lumières s’éteignent au Royaume-Uni cet hiver – même si les experts ont prévenu qu’une vague de froid intense pourrait inciter à prendre des mesures, telles que l’arrêt des activités non critiques des usines, afin de garantir le chauffage des maisons.

L’équipe de la rédaction

Radio Maritima

Facebook Radio Maritima

Twitter Radio Maritima

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.