Radio Maritima Voyage 7 choses à savoir sur la langue bretonne

7 choses à savoir sur la langue bretonne

7 choses à savoir sur la langue bretonne

7 choses à savoir sur la langue bretonne

Si vous avez suivi la chanson française de l’Eurovision de cette année, vous avez peut-être du mal à comprendre les paroles. En effet, la chanson n’est pas en français, mais dans la langue régionale, le breton. Voici ce que vous devez savoir à ce sujet.

Faisant partie des « Big Five » de l’Eurovision, c’est-à-dire des principaux contributeurs financiers, la France a déjà sa place assurée en finale, qui aura lieu ce samedi 14 mai. Mais les téléspectateurs ont enfin pu avoir un aperçu de ce qu’ils verront samedi, après que l’Eurovision a publié le clip officiel de la performance de la France.

Avec ses éclairages vert et orange vifs et ses effets pyrotechniques excitants, la vidéo est frappante… mais pas autant que le fait qu’elle ne comporte aucun son français.

La contribution au concours 2022, signée Alvan et Ahvez, est entièrement chantée en breton et, comme vous l’entendrez, il ne s’agit pas d’un simple dialecte régional du français, mais d’une langue complètement différente.

Voici 5 choses à savoir sur l’ancienne langue bretonne.

C’est la seule langue celtique encore parlée sur le continent européen.

Le breton a été introduit de la Grande-Bretagne en Armorique – l’ancien nom de la région côtière qui comprend la péninsule bretonne – au début du Moyen Âge.

Il est le plus étroitement lié à la langue cornique, ce qui est une sacrée coïncidence puisque la majeure partie de la Cornouaille et certaines parties du Devon se sont formées il y a des millions d’années lorsqu’une partie de la France est entrée en collision avec la Grande-Bretagne, selon une étude de 2018. On pourrait dire que cela fait de la Cornouaille une langue française…

Le breton a été écrit avant le français

Le plus ancien texte connu écrit en langue bretonne est un ouvrage de quatre pages appelé le Livre de Leyde, en vieux breton et en latin. Il s’agit d’un traité médical datant de la fin du 8e siècle – et on sait que la langue date du 5e siècle. Le plus ancien texte français connu est le Serment de Strasbourg, qui a été rédigé au milieu du IXe siècle, en 842.
En fait, le premier dictionnaire français est aussi le premier dictionnaire breton. En 1464, le Catholicon était un dictionnaire trilingue breton-français-latin.

Elle est parlée par plus de 200 000 locuteurs

Selon une enquête réalisée en 2018 par le conseil régional de Bretagne, la langue bretonne est parlée par environ 213 000 personnes en Bretagne, soit environ 5,5 % de la population.

En outre, 31 % de la population bretonne déclare connaître plusieurs mots et expressions en breton.

La plupart des bretonnants se trouvent à l’ouest de la région, dans le département du Finistère.

Il existe une autre langue régionale de Bretagne, le gallo, qui est davantage parlée dans l’est de la région, par environ 200 000 personnes.

Le breton est demandé par les jeunes

Selon cette enquête de 2018, quelque 73 % des personnes interrogées souhaitaient que le breton soit davantage enseigné dans les écoles locales et 55 % voulaient plus d’émissions de télévision dans la langue régionale.

La France a essayé de l’éliminer

Entre 1880 et les années 1950, le breton – ainsi que d’autres langues régionales – était banni du système scolaire français et les enfants étaient punis pour le parler.

La situation a changé lorsque la loi Deixonne de 1951 a autorisé l’enseignement de la langue et de la culture bretonnes à raison de trois heures par semaine au maximum dans le système scolaire public, à condition qu’un enseignant soit capable et préparé à le faire.

Aujourd’hui, environ 200 000 personnes parlent le breton, contre 1 million en 1950.

Qu’y a-t-il dans un nom ?

Mais certaines parties du système français semblent encore réfractaires au breton.

En 2017, les autorités ont refusé le choix de nom de bébé d’un couple parce qu’il comprenait une lettre qu’elles ne considèrent pas assez française. Le couple a découvert exactement à quel point choisir le nom de son bébé peut être stressant en France lorsqu’il a essayé d’enregistrer son nouveau-né « Fañch », qui est la version bretonne de François.

Malheureusement, à l’époque, la lettre « n » avec un tilde (ñ) – assez courante en espagnol et faisant également partie de la langue bretonne – ne figurait pas sur la liste des lettres acceptées par le gouvernement.

Une bataille juridique de deux ans n’a pris fin que lorsque la Cour de cassation a rejeté le recours formé par le procureur général en raison d’une erreur de procédure, et a donc définitivement autorisé l’enfant à conserver le tilde sur son prénom.

Astérix, un héros breton – hier et aujourd’hui

La série de bandes dessinées Astérix a été traduite en breton. Selon la bande dessinée, le village gaulois où vit Astérix se trouve dans la péninsule d’Armorique, qui est aujourd’hui la Bretagne.

D’autres bandes dessinées populaires ont également été traduites en breton, notamment Les Aventures de Tintin, Hägar l’Horrible, Peanuts et Yakari.

Quitter la version mobile